Le fisc réclame 400.000 euros à Francorchamps

Etienne Davignon a expliqué avoir mis le dossier entre les mains d'avocats. ©Photo News

400.000 euros de redressement fiscal : c'est ce dont risque de devoir s'acquitter le circuit de Francorchamps qui a mis le dossier entre les mains d'avocats.

(Belga) L'administration fiscale veut imposer un redressement fiscal aux différents gestionnaires des infrastructures du circuit de Francorchamps. Le fisc réclame un arriéré de précompte mobilier de 400.000 euros, selon Belga qui cite La Libre Belgique.
Pour le fisc, la mise à la disposition des infrastructures de la Société de Promotion (SPCF) par l'intercommunale patrimoniale ISF, moyennant un loyer (environ 1 million d'euros indexés), doit donner lieu à un précompte mobilier. Ce dernier doit être retenu à la source par la société de promotion et est estimé à 400.000 euros.
"Je confirme l'information mais nous sommes en désaccord avec le fisc. La base sur laquelle il se fonde pour nous réclamer le précompte n'est pas correcte. Nous avons donc confié le dossier à nos avocats", a expliqué Etienne Davignon, pressenti pour présider la future Société du circuit de Francorchamps (qui absorbera l'ISF et la SPCSF).

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés