Le mouvement de grève chez Electrabel s'étend

©BELGA

Le mouvement de grève du personnel d'Electrabel chargé de la distribution (Net Management) en Wallonie continue en l'absence d'accord entre direction et syndicats.Vendredi matin, les assemblées générales du personnel d'Electrabel qui se sont déroulées sur les différents sites wallons de l'entreprise, n'ont pu que constater qu'aucune nouvelle avancée n'avait été obtenue jeudi à l'occasion d'une nouvelle réunion entre direction et syndicats.

(belga) -  Le mouvement de grève du personnel d'Electrabel chargé de la distribution (Net Management) en Wallonie continue en l'absence d'accord entre direction et syndicats, a précisé, vendredi matin, Victor Martin, secrétaire permanent Gazelco pour la FGTB.

La grève qui touche depuis lundi les 1.800 personnes attachées au service Net Management, s'est élargie au personnel wallon d'Indexis (une centaine de personnes) qui devrait rejoindre le personnel du Net Management dans une nouvelle structure wallonne d'ici quelques mois. Par ailleurs des actions devraient être menées, dont certaines pourraient perturber la circulation.


Vendredi matin, les assemblées générales du personnel d'Electrabel qui se sont déroulées sur les différents sites wallons de l'entreprise, n'ont pu que constater qu'aucune nouvelle avancée n'avait été obtenue jeudi à l'occasion d'une nouvelle réunion entre direction et syndicats.


Jeudi, la direction d'Electrabel a demandé à ce que se tienne un bureau de conciliation. Une première réunion est programmée mardi à Bruxelles.


En attendant le personnel compte mener des actions. Ainsi les travailleurs du Hainaut et du Brabant Wallon ont prévu de se réunir dans la matinée à Strépy-Bracquegnies pour évoquer des actions possibles. Pour s'y rendre, le personnel issu des différents sièges utilise les véhicules de l'entreprise encore disponibles qui se déplacent en cortège qui ralentissent la circulation par endroits.


Les employés d'Electrabel affectés au Net Management réclament des revalorisations salariales. Depuis 2002, tout nouvel engagé bénéficie d'un statut moins intéressant que les personnes qui effectuent un travail identique mais qui ont été engagées avant 2002.

La différence atteint parfois 30 %, selon les syndicats. Une première proposition de la direction avait été repoussée en milieu de semaine

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés