Le Pacte de solidarité positif à long terme

Dans un premier temps, les mesures du Pacte de solidarité entre les générations détériorent les capacités des moyens de financement des pouvoirs publics mais à long terme, elles porteront leurs fruits.

Dans un premier temps, les mesures du Pacte de solidarité entre les générations détériorent les capacités des moyens de financement des pouvoirs publics mais à long terme, elles porteront leurs fruits. Il faudra malgré tout prendre des mesures complémentaires pour faire face au vieillissement de la population. Telles sont les principales conclusions du cinquième rapport du Comité d'étude du vieillissement (CEV). Ce rapport, présenté mercredi matin, relève que le coût budgétaire du vieillissement s'élève à 3,8 pc du PIB sur la période 2005-2030. Ce chiffre est inchangé par rapport à celui avancé l'année passé. A l'horizon 2050, ce coût s'élève à 5,8 pc du PIB. Le rapport tient compte cette année de l'effet du Pacte de solidarité. Il souligne à ce propos que dans un premier temps, jusqu'en 2011, le bonus-pensions et l'adaption des allocations au bien-être entraîneront un surcoût. A plus long terme, la tendance s'inverse. La Pacte devrait avoir un effet positif et entraîner une amélioration de la capacité de financement de 0,28 pc du PIB en 2030 ainsi qu'une croissance économique d'1pc et la création de 40.000 emplois. Pour le premier ministre Guy Verhfostadt, ces données prouvent qu'il faut poursuivre dans la même voie.

(Photo Belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés