Le politicien flamand Hugo Schiltz est décédé

Hugo Schiltz, ancienne figure de proue de la défunte Volksunie, est décédé samedi soir à l'hôpital universitaire d'Anvers, annonce sa famille. Il était né le 28 octobre 1927.

(belga) Hugo Schiltz est né le 28 octobre 1927 à Borsbeek, près d'Anvers. Flamingant convaincu, il s'est engagé très tôt dans le Vlaamse beweging, le mouvement flamand. Ses activités durant la Seconde guerre mondiale lui vaudront quelques mois de prison après la Libération.

Le défunt était docteur en droit de l'université catholique de Louvain (KUL) et avait également décroché une licence en sciences économiques et un baccalauréat en philosophie thomiste.

En 1953, il s'inscrit comme avocat au barreau d'Anvers et le restera toute sa vie. Il était par ailleurs professeur à la Sint-Aloysius Hogeschool (EHSAL) à Bruxelles.

En 1958, Hugo Schiltz devient membre du conseil communal d'Anvers où il siègera sans discontinuer jusqu'en 1989.

En 1965, il devient député et le restera jusqu'en 1991.

En 1975, il devient président de la VU et deux ans plus tard il parvient à faire entrer son parti au gouvernement. Mais le rêve tourne au cauchemar pour les nationalistes flamands. Hugo Schiltz a beau défendre la réforme constitutionnelle prônée par le Pacte d'Egmont, il ne parvient pas à convaincre son parti. Cette situation provoquera une cassure au sein du mouvement flamand et conduira à la naissance du Vlaams Blok. Le Pacte d'Egmont ne sera jamais avalisé.

La VU connaîtra ensuite deux lourds échecs électoraux et, en 1979, Hugo Schiltz décide de se retirer de la présidence, même s'il conserve la confiance de la base de son parti.

De 1981 à 1985, il sera ministre communautaire des Finances et du Budget.

De 1988 à 1991, il sera encore vice-premier ministre et ministre du Budget et de la Politique scientifique dans le dernier gouvernement Martens. Il sera un des responsables de la chute de ce gouvernement, en refusant une livraison d'armes au Koweit. Il sera encore sénateur durant quatre ans, de 1991 à 1995.

Son dernier rêve était de décrocher le mayorat d'Anvers mais le succès ne sera pas au rendez-vous aux élections de 1994 où il se présente en cartel avec le CVP. L'écharpe lui passera sous le nez et il se contentera d'être durant six ans échevin des Finances, de l'Economie et du Tourisme.

En 1995, il est nommé ministre d'Etat.

Il avait pris congé de la politique active en janvier 2001 et se consacrait depuis à son métier d'avocat.

A la scission de la VU, il suivra Anciaux et ses amis dans la création de Spirit.

foto belga

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés