Les avocats plus stressés qu'il y a dix ans

D'après une étude de l'Ordre des barreaux francophone et germanophone, 65,3% des avocats estiment que le métier est plus difficile que naguère.

Selon une étude de l'Ordre des barreaux francophone et germanophone, la profession d'avocat se féminise et se sent moins considérée par le public que par le passé, indique lundi La Libre Belgique.

L'enquête, publiée dans le magazine "La tribune", montre ainsi que la profession attire 55 pc d'hommes et 45 pc de femmes. Les femmes travaillent plus dans des petits cabinets que leurs confrères masculins. Les femmes rédigent par ailleurs moins de contrats que les hommes (46,7 pc contre 72,3 pc), plaident beaucoup moins devant les juridictions arbitrales (7 contre 22 pc), mais interviennent davantage en matière de médiation (10,1 contre 4,5 pc). Si les hommes s'occupent davantage de droit de l'immobilier ou de la construction, de droit bancaire et financier, les femmes sont pour leur part plus présentes en droit de la jeunesse ou en droit des étrangers. Pour 29,7 pc des sondés, le public est de plus en plus méfiant à l'égard du monde judiciaire. 16,4 pc d'entre eux estiment que les client sont plus exigeants qu'il y a dix ans et 13,9 pc soulignent une perte de confiance dans l'avocat. Ils sont en outre 85,8 pc à juger que tout doit aller plus vite qu'avant et 65,3 pc à dire que le métier est plus difficile que naguère. photo <\i>

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect