Les news en ligne ne concurrencent pas encore le papier

Une thèse de doctorat menée sur la presse du nord du pays démontre que la plupart des lecteurs de journaux sur internet passent toujours autant de temps qu'auparavant à la lecture de la presse papier et que les journaux en ligne n'entrent donc actuellement pas en concurrence avec cette presse imprimée.

(belga) Les lecteurs de journaux en ligne sont surtout à la recherche des "breaking news", c'est-à-dire de l'actualité de dernière minute, indique Hans Beyers, doctorant en sciences politiques et sociales à l'unversité d'Anvers, dans sa thèse intitulée "De kr@nt van morgen: nog altijd op papier?" (Le journal de demain: toujours sur papier?).

Pour en arriver à ces conclusions, Hans Beyers s'est penché sur les versions en ligne des quotidiens flamands, examinant plus précisément l'usage qu'en faisaient les internautes. Il a pour ce faire mené deux enquêtes en ligne, analysant les réponses de 621 internautes pour l'une, de 1.074 pour l'autre.

Il en ressort que 80% des répondants lisent les journaux sur internet, et ils le font essentiellement pour la rapidité de l'information. "Ces lecteurs de journaux en ligne sont souvent de vrais chasseurs d'infos qui consultent plusieurs formats médiatiques: radio, journaux papier, périodiques, télévision", constate Hans Beyers. La consultation et les possibilités de sélection de l'info sont deux autres avantages fréquemment cités.

Trois répondants sur quatre indiquent lire toujours autant de journaux papier qu'avant la période à laquelle ils ont commencé à lire la presse en ligne. Autre constat, ces lecteurs internautes gardent leur confiance en leur journal favori.

"Il existe en outre un fort ancrage régional. Ainsi, la version en ligne de Gazet van Antwerpen engrange de bons résultats à Anvers et Het Belang van Limburg fait de même dans le Limbourg", remarque le doctorant.

Vingt pour-cent des répondants affirment ne jamais consulter de journaux en ligne, et ce parce qu'ils estiment disposer déjà de suffisamment d'informations. Quinze pour-cent d'entre eux disent ne même pas savoir qu'il existe des quotidiens sur internet. "Ce serait donc une bonne idée que les journaux renseignent l'adresse de leur version internet sur la Une de leur version papier", suggère Hans Beyers.

Par ailleurs, si les versions web des journaux permettent à l'éditeur de connaître quels articles sont les plus lus, ces statistiques n'ont encore aucune influence sur le contenu des journaux papier, affirme le doctorant.

"Toutefois, il arrive que l'on en tienne compte pour déterminer si un sujet doit 'monter en Une'. Si le sujet est très consulté sur la version en ligne, ce paramètre peut faire pencher la balance", commente Hans Beyers.

Les caractéristiques les plus appréciées des versions web des journaux sont les mises à jour, l'interactivité, les aspects multimédia et les hypertextes (les liens avec d'autres articles).

Toutefois, analyse Hans Beyers, plusieurs opportunités offertes par l'internet ne sont pas encore exploitées dans les journaux en ligne. "On peut expliquer cela par un manque de personnel et de moyens. Par exemple, si un journal en ligne veut lancer un forum de discussion, il devra être contrôlé tous les jours, sous peine de le voir dévoyer", commente-t-il.

L'offre de séquences vidéo se développe, mais la permanence des mises à jour reste la seule et principale caractéristique que remplissent vraiment les journaux flamands en ligne.

Lors du 59e Congrès mondial des journaux, au début du mois de juin à Moscou, de nombreux intervenants ont souligné qu'internet et la presse écrite n'étaient pas concurrents, mais désormais partenaires. "Je suis tellement lassé de la question 'Internet va-t-il tuer les journaux'? Ce n'est plus la question. Le moyen de distribution est accessoire. Le coeur de métier du journalisme est la qualité, la valeur de la marque", avait affirmé le directeur de l'Association mondiale des journaux (AMJ), Timothy Balding.

Près de 5 millions de Belges âgés de 15 ans et plus surfent sur internet et 80% d'entre eux disent y rechercher notamment de l'actualité, selon Hans Beyers.

(Photo: Belga)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés