Les réactions se succèdent

Les réactions se succédaient mercredi après l'annonce du décès de Karel Van Miert.

  • L'ancien premier ministre Guy Verhofstadt (Open Vld) dit avoir perdu un grand allié, "quelqu'un qui au-delà de notre trajectoire européenne et notre rêve européen communs, était devenu un ami".
  • Le socialiste Van Miert était aux yeux du libéral Verhofstadt "un visionnaire et un réformateur effréné". "J'avais de l'admiration pour sa conviction tenace. Il a fait du parti socialiste en Flandre un parti moderne, et a fait en sorte que la Commission européenne soit entendue. Si seulement il y avait eu plus de Karel Van Miert en Europe! ", s'exclame Guy Verhofstadt.
  • Le ministre-président flamand sortant Kris Peeters (CD&V) voit dans la personne de l'ancienne éminence socialiste flamande "un véritable monument pour la Flandre". Il relève ses apports "inestimables", en tant que commissaire européen, au monde politique et à celui de l'entreprise. Kris Peeters rappelle aussi les plaidoyers menés par Karel Van Miert en faveur d'un rayonnement international fort pour la Flandre, notamment au travers du plan "Vlaanderen in actie", et d'une image d'une région ouverte et accueillante.
  • L'un des compagnons de route de Karel Van Miert, l'ancien président du parlement flamand Norbert De Batselier (sp.a), s'est dit "incroyablement choqué" par la nouvelle du décès de celui qu'il connaît depuis 1968, époque de leurs activités au sein des jeunes socialistes, puis comme assistants à la VUB. Karel Van Miert était aussi à ses yeux "un homme extraordinaire sur lequel on pouvait compter lorsqu'on avait un problème".
  • Pour l'ancien chef de groupe SP à la Chambre Louis Vanvelthoven, Karel Van Miert a été celui qui a donné au parti socialiste flamand sa véritable dimension dans le paysage politique belge, au sein du triumvirat qu'il constituait avec Willy Claes et Louis Tobback.
  • Le syndicat socialiste FGTB, à travers son président Rudy De Leeuw, met en avant l'apport de Karel Van Miert dans le mouvement pacifiste, au travers de son engagement contre la présence de missiles américains à tête nucléaire. Il évoque ainsi la manifestation de 200.000 pacifistes en 1986, qui a mené à la chute du gouvernement Martens-Gol-Verhofstadt. C'est lui aussi qui a modernisé le SP en accordant plus d'attention au syndicat et à la mutualité. Au niveau européen, Karel Van Miert s'est dressé contre les entreprises les plus puissantes et les lobbies, observe le président de la FGTB.
  • Le président du PS, Elio Di Rupo, salue, dans un communiqué de presse, la mémoire de son collègue, ministre d'Etat et ancien président des socialistes flamands, Karel Van Miert, décédé lundi soir. La mort de Karel Van Miert représente un choc terrible pour le bourgmestre de Saint-Nicolas Freddy Willockx, ainsi que pour les anciens socialistes flamands Willy Claes et Louis Tobback.
    Soulignant que M. Van Miert a consacré une grande partie de sa carrière au service de son pays et de l'Union européenne, Elio Di Rupo adresse ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches. "Il fut un commissaire européen très remarqué, et un responsable politique respecté", indique encore le président socialiste.
  • "Le décès de Karel Van Miert est un choc terrible", selon M. Willockx, qui était depuis bon nombre d'années l'ami de Karel Van Miert. Dans la passé, il a également été son secrétaire politique. "Le décès de Karel est avant tout une catastrophe énorme pour sa famille et ses amis. Le mouvement socialiste déplore également la perte d'un grand homme".
    M. Van Miert a siégé durant de nombreuses années au Parlement européen. "Il était apprécié de tous". Freddy Willockx entretenait encore des contacts réguliers avec Van Miert. "Je l'ai encore eu au téléphone le week-end dernier. Avec d'autres seniors du sp.a, nous avions prévu de rencontrer la semaine prochaine la présidente du parti Caroline Gennez. Nous voulions parvenir à une remobilisation au sein du sp.a.".
  • Pour Willy Claes, le décès de Karel Miert représente la perte d'un bon ami. "Nous avons travaillé durant de nombreuses années ensemble. Karel Van Miert était également un Européen convaincu, selon Willy Claes. "Au cours des dernières années, nous avions moins de contacts, étant donné que Karel était souvent à l'étranger. Mais nous nous appelions régulièrement."
  • Le socialiste louvaniste Louis Tobback est également sous le choc du décès de Karel Van Miert. "Je perds un très bon ami, même si nous nous voyions moins ces dernières années". Tobback admire la passion dont faisait preuve Van Miert pour l'Europe. "Dans des interviews récentes, il pouvait encore s'énerver si l'Union européenne faisait l'objet de critiques."
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés