Leterme invite les syndicats et les patrons

©Lieven Van Assche

CSC, FGTB et CGSLB défileront ce vendredi dans la rue "pour l'emploi, le respect et la justice sociale". La tension est vive entre les partenaires sociaux. Le Premier ministre les rencontrera le 8 février prochain pour déminer le terrain.

Bruxelles-  (L'Echo) - Les syndicats ont décidé de frapper un grand coup. Ils organisent demain, vendredi, une manifestation en front commun dans le centre de Bruxelles.

Main dans la main, les militants de la CSC, de la FGTB et de la CGSLB défileront sur les grands boulevards afin de faire part de leur inquiétude sur la situation de l’emploi, les restructurations et le contrôle des chômeurs. Ils seront également soutenus par la Confédération européenne des syndicats. «Pour l’emploi, le respect et la justice sociale», ce slogan sera martellé par les 20 à 30.000  personnes qui sont attendues aux côtés des leaders syndicaux.

La tension sociale est à son comble  dans le pays. Les restructurations qui touchent InBev et Opel ont fait sortir les syndictas de leurs gonds. Ils veulent mettre fin au dumping social dont sont victimes les travailleurs.

Les employeurs ne sont pas en reste. Lundi dernier, ils sont également montés au front afin de faire valoir leur point de vue, mettant en avant les problèmes de coûts salariaux et de compétitivité que rencontrent leurs entreprises. 

Réagissant au quart de tour, les syndicats ont réhaussé le ton. Ils ont notamment répondu aux chiffres avancés par le banc patronal en la matière, la CSC signalant que le handicap du coût salarial  belge était passé de 4,1% à 3,3% en 2009. «Et si l’on prend en compte les correction fiscales du coût salarial, le handicap est encore ramené à 1,65%», insiste la CSC. 

Concertation le 8 février

Hier à la Chambre, un certain nombre de députés ont déploré la dégradation du dialogue social, demandant au Premier ministre et au gouvernement de réagir rapidement. 

Yves Leterme a rappelé à cet égard qu’un certain nombre de mesures avaient déjà été prises pour répondre aux conséquences de la crise économique, et ce dans un contexte d’assainissement des finances publiques. Il a néanmoins annoncé qu’il lancerait dès aujourd’hui une invitation aux employeurs et aux syndicats afin de relancer le dialogue social. 

Le Premier ministre compte rencontrer séparément les organisations patronales et syndicales le 8 février prochain afin de voir comment répondre aux mieux aux conséquences de la crise.               

n.bamps@lecho.be

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés