Onkelinx regrette les effets d'annonce de Van Quick

©Photo News

Le ministre des Affaires sociales et de la Santé souligne que des simplifications administratives sont nécessaires en ce qui concerne les soins de santé, mais, que "de telles décisions sont le fruit d'une concertation avec tous les acteurs concernés".

(Belga) - La ministre des Affaires sociales et de la Santé Laurette Onkelinx a réagi avec étonnement à l'annonce faite par le ministre de la Simplification Vincent Van Quickenborne de supprimer les prescriptions et attestations médicales dès 2011.

La ministre PS regrette "l'effet d'annonce" de son collègue, sans concertation, et sans analyse de l'impact économique d'une telle mesure.
Mme Onkelinx indique qu'elle serait "heureuse d'en apprendre plus sur les chiffres d'économie avancés par monsieur Van Quickenborne qui n'ont, à sa connaissance, fait l'objet d'aucune étude d'impact étayée par les services compétents".

Dans la presse, Vincent Van Quickenborne a estimé que l'électronisation complète des soins de santé représentait une économie de 1,5 milliard.

Laurette Onkelinx souligne que des simplifications administratives sont nécessaires en ce qui concerne les soins de santé, mais, insiste-t-elle, "de telles décisions sont toujours le fruit d'une concertation avec tous les acteurs concernés".

La ministre de la Santé rappelle les différentes initiatives qu'elle a déjà prises dans son département en matière de simplification administrative, et notamment la création de la plate-forme eHealth qui doit permettre un échange électronique d'information.

C'est dans le cadre de la plate-forme eHealth que la prescription électronique de médicaments en milieu hospitalier est devenue réalité en 2009 ou que le projet eMed-eCare (prescriptions électronique dans le secteur ambulatoire) est actuellement en cours d'analyse, a-t-elle précisé.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés