Productivité: la Belgique dans le top 3

©Dominic Verhulst

En 2009, la Belgique a gagné une place au classement des pays les plus productifs au monde. Elle s'installe désormais sur la 3è marche du podium du Conference Board. Mais il n'y a pas de quoi se pavaner...

Bruxelles (L'Echo) - De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont non seulement les plus braves, mais ils figurent aussi parmi les plus productifs au monde, informe The Conference Board, en primeur pour "L'Echo".

Pour chaque heure prestée, les travailleurs belges génèrent une valeur ajoutée de 58,5 dollars (USD), soit près de 41 euros, d'après l'étude annuelle des tendances en matière de productivité mondiale réalisée par l'institut américain de recherche économique.

Parmi les 39 pays étudiés dans le cadre de cette enquête qui sera officiellement présentée ce matin, seuls les Norvégiens et les Luxembourgois font mieux que la Belgique. Un résultat que la Norvège doit en grande partie à son industrie pétrolière et gazière, et le Grand-Duché de Luxembourg aux emplois très qualifiés de sa place financière. Les Etats-Unis occupent quant à eux la cinquième place.

arme à doule tranchant

La haute productivité par heure de travail prestée n'est pas une si bonne nouvelle: en Belgique, les entreprises qui bénéficient d'une main d'oeuvre nombreuse sont trop chères en grande partie à cause des coûts salariaux élevés, estiment, sans divergence, les économistes.

"La haute productivité de la Belgique constitue un de ses points forts, car cela a un impact sur les coûts de production, ce qui attire les investisseurs", commente à chaud Jacques De Pover, économiste en chef chez Dexia.

Mais, poursuit-il, "on pourrait objecter que le niveau très élevé des salaires en Belgique incite puissamment les entreprises à augmenter la productivité, avec l'automatisation poussée des processus de production ou encore des restructurations".D'où, en effet, "l'excellente" place de la Belgique dans ce classement à double tranchant.

"La productivité en Belgique bénéficie du fait que le taux d'emploi pour la tranche des 55 à 64 ans est plus faible. En 2008, il s'élevait à 34,5% pour la Belgique et 44,2% pour la zone euro. Les travailleurs plus âgés peuvent être moins productifs pour des travaux lourds par exemple.

Tout classement a ses défauts et ne dit qu'une partie de la vérité", résume l'expert. Selon cette étude comparative, il apparaît que les Américains passent plus d'heures sur leur lieu de travail, mais sont moins productifs, à l'heure, que les Belges.

"Je n'aime pas ce classement", avoue d'emblée Etienne de Callataÿ, chief-economist de la banque Degroof, pour qui il n'est pas question de penser que "les Belges ont un poil dans la main ou sont mal formés". Pour l'expert, le classement du Conference Board indique ni plus ni moins que "la Belgique a obtenu sa troisième place en massacrant l'emploi à faible productivité".

Ainsi, d'après Philippe Ledent, économiste chez ING, "il vaudrait peut-être mieux occuper une place plus basse dans ce classement, avec une productivité moindre, mais davantage d'emplois".

Il rappelle que le niveau élevé de productivité de la Belgique, petite économie ouverte, est connu. Ce qui l'interpelle en revanche, c'est le PIB/habitant, la valeur du Produit intérieur brut (PIB) divisée par le nombre d'habitants du pays. Pour la Belgique, il représente 38,5 dollars (USD). On est très loin des 85,4 USD de nos voisins luxembourgois.

Caroline Geuzaine

(C) L'Echo

 

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés