Publicité

"Quitter la Belgique reste un point névralgique" (presse)

La Belgique a vu, l'an dernier, 11.728 illégaux quitter le pays, volontairement ou pas. Selon l'Office des Etrangers, les actions de régularisation n'encouragent pas les personnes déboutées à quitter le pays.

(belga) C'est ce que déclare le directeur général Freddy Roosemont mardi dans De Standaard, Het Nieuwsblad et Het Volk.La police affirme avoir intercepté 28.747 illégaux l'an dernier, dont 7.285 ont été éloignés via des lignes régulières et 145 autres ont quitté le pays avec des vols spécialement affrétés. Ces chiffres pourraient faire penser au premier coup d'oeil que seuls 25 % des illégaux interceptés quittent effectivement le pays et que 75 % restent donc en Belgique.Selon le directeur général de l'Office des Etrangers, Freddy Roosemont, il faut cependant y voir plus de nuances. Il concède que le respect d'un "ordre de quitter le territoire" reste un point névralgique dans la politique en la matière.

"Le fait que nous sommes confrontés depuis 2006 à des actions de régularisation incessantes n'a pas aidé à effectuer les rapatriements."Selon Freddy Roosemont, cette situation ne pourra changer que quand les autorités émettront un signal clair à propos de la politique future de régularisation, un signal qui doit venir du nouveau gouvernement.

Le nombre de demandes d'asile reste au niveau bas de l'an dernier.

Durant les six premiers mois de l'année 2007, l'Office a enregistré 5.530 dossiers, soit à peine 12 de plus qu'à la même période en 2006.

Photo belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés