Un déficit à 3% dès 2012, c'est possible, dit le CSF

Le Conseil supérieur des finances (CSF) doit remettre vendredi son avis actualisé sur les trajectoires de retour à l'équilibre budgétaire pour 2015. Le projet de texte, que "L'Echo" a pu consulter, suggère un effort supplémentaire de 0,3% du PIB cette année , pour atteindre l'objectif visé d' un déficit de 5,1% en 2010.

Bruxelles (L'Echo) - Le Conseil supérieur des finances (CSF) doit remettre vendredi son avis actualisé sur les trajectoires de retour à l'équilibre budgétaire pour 2015. Le projet de texte, que "L'Echo" a pu consulter, suggère un effort supplémentaire de 0,3% du PIB cette année , pour atteindre l'objectif visé d' un déficit de 5,1% en 2010.

Le CSF prône des efforts massifs et rapides, pour rétablir la confiance envers la maîtrise des finances publiques belges. Au milliard de cette année, il veut en ajouter 3,9 en 2011 et 4,5 en 2012, afin de répondre à la demande de la Commission européenne de ramener le déficit global à 3% du PIB dès 2012. Un tel objectif est possible, pour l'institution présidée par Luc Coene, l'ancien chef de cabinet de Guy Verhofstadt.

Ce scénario permet d'enrayer l'impact de l'effet boule de neige de la dette publique qui, à politique inchangée, engloutirait tous les bénéfices budgétaires de la reprise économique. Le CSF invite donc à redéfinir le programme d'ajustement, "si possible dès le contrôle budgétaire 2010". Les trajectoires doivent aboutir à retrouver 20,3 milliards d'euros entre 2010 et 2015, un assainissement comparable au Plan Global des années 90.

L e Fédéral et les entités fédérées doivent décider ce mois-ci de la répartition des efforts d'ajustement.Lire en page 10

Ramener le déficit de l'État à 3% du PIB dès 2012

serait possible.


Christophe De Caevel

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés