Un groupe d'experts pour aider le secteur laitier

©EPA

Ce groupe, qui comprendra des membres de la Commission européenne et des Etats de l'UE, doit commencer ses travaux mardi prochain "avec comme date butoir fin juin 2010" pour remettre ses propositions. Il devra notamment examiner la question de la généralisation "d'accord contractuels" en Europe entre producteurs et laiteries industrielles pour fixer les prix du lait, et éviter que les tarifs ne chutent trop lourdement.

(afp) - L'Union européenne a annoncé lundi la mise sur pied d'un groupe d'experts chargé de réfléchir aux moyens d'aider à terme le secteur laitier en crise, à l'issue d'une réunion ministérielle à Bruxelles, mais n'a évoqué aucune nouvelle aide pour les producteurs.

Ce comité, qui comprendra des membres de la Commission européenne et des Etats de l'UE, doit commencer ses travaux mardi prochain "avec comme date butoir fin juin 2010" pour remettre ses propositions, a indiqué à la presse la commissaire européenne à l'Agriculture Mariann Fischer Boel.

Elle s'exprimait à l'issue d'une réunion des ministres européens de l'Agriculture consacrée aux difficulté du secteur laitier, et organisée sur fond de manifestation à l'extérieur des producteurs. Entre 2.400 d'entre eux, selon la police, et 5.000 selon les organisateurs y ont participé.

Le groupe d'experts devra notamment examiner la question de la généralisation "d'accord contractuels" en Europe entre producteurs et laiteries industrielles pour fixer les prix du lait, et éviter que les tarifs ne chutent trop lourdement, a dit Mme Ficher Boel. La baisse récente des prix du lait est à l'origine de la grogne de la profession depuis plusieurs mois en Europe.

Les experts discuteront aussi des moyens de renforcer la transparence du secteur, alors que les distributeurs et industriels sont soupçonnés de se garder des marges substantielles sur les prix du lait par rapport aux producteurs. Les experts parleront enfin d'innovation et de "l'éventualité d'un marché à terme".

Mais malgré la colère des producteurs, la Commission n'a annoncé aucune mesure d'aide nouvelle à court terme.
"Au vu du budget 2010 (de la politique agricole commune de l'UE), nous disposons de marges de manoeuvre extrêmement limitées", a dit Mme Ficher Boel.

Pour dégager des fonds nouveaux, "il faudrait soit demander aux Etats membres de payer plus", ce que les gouvernements auront du mal à accepter, soit réduire les subventions versées à tous les agriculteurs pour aider spécifiquement le secteur laitier, a-t-elle argumenté.
"Je ne vois aucune de ces deux options fonctionner", a-t-elle dit.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés