Publicité

Vande Lanotte a du mal à envisager un Premier ministre francophone

Le président du sp.a, Johan Vande Lanotte, a beaucoup de difficultés à imaginer un Premier ministre francophone. "Il n'y a aucune règle démocratique qui exclut cette éventualité, mais quand même", a-t-il déclaré dans l'édition du week-end du 'Standaard'. Il reconnaît toutefois qu'il y a une évolution: il n'y a presque aucun ministre francophone qui ne parle pas le néerlandais.

(belga) Au cours des dernière semaines, l'éventualité d'un chef de gouvernement francophone a constitué un thème d'actualité dans le sud du pays.

D'abord, le président du PS, Elio Di Rupo, a indiqué qu'il ne trouvait pas normal que cela fait déjà 30 ans qu'il n'y a plus eu de Premier ministre francophone. Ensuite, son homologue du MR, Didier Reynders, a estimé qu'un Premier ministre devait maîtriser les deux principales langues nationales, une allusion à peine voilée au ministre-président wallon.

M. Vande Lanotte tempère dans son interview les ambitions de ses collègues francophones. Pour lui, il serait très difficile d'avoir un Premier ministre francophone. Bien qu'il n'y ait pour le moment quasi aucun ministre fédéral francophone qui ne parle pas le néerlandais. La Vice-Première PS "Laurette Onkelinx éprouve toutefois des difficultés. C'est vrai. Mais n'oublions pas qu'apprendre une langue étrangère après 40 ans n'est pas facile", a encore dit le président des socialistes flamands.

M. Vande Lanotte a encore ajouté qu'une bonne discussion est possible avec le PS sur les thèmes sociaux tels que les pensions, mais que les deux partis ont clairement une autre vision de la réforme de l'Etat.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés