Warren Buffett fait son shopping en Europe

Première fortune privée des Etats-Unis, Buffett est en voyage en Europe où il visite la Suisse, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne afin d'y étudier des opportunités d'investissement pour sa holding Berkshire Hathaway. Il a notamment déclaré qu'il considérait que l'Europe recelait plus d'entreprises potentiellement intéressantes que les pays émergents.

(reuters) - L'investisseur américain Warren Buffett s'est déclaré mardi intéressé par des acquisitions en dehors des Etats-Unis où il continuera toutefois d'acheter des actifs.

"Nous serions prêt à acheter des entreprises n'importe où dans le monde pour autant que nous comprenions suffisamment leurs activités", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'Ecole de commerce IMD de Lausanne.

Buffett a réaffirmé qu'il devait avoir une vision claire de ce que serait une entreprise à un horizon de 10 à 20 ans avant d'y investir.

 

Selon le site internet du Business Week, Buffett est avant tout intéressé par des entreprises de taille moyenne, particulièrement des entreprises familiales, car celles-ci offrent des meilleures perspectives à long terme par rapport à des entreprises dont le management à des comptes à rendre aux actionnaires. “Nous recherchons des entrerprises qui réalisent au moins 50 à 75 millions de dollars de bénéfice avant impôts, le plus grand le meilleur” a ajouté Buffett. Malgré tout, toutes les entreprises ne sont pas éligibles pour autant, Buffett privilégiant les entreprises avec un avantage compétitif clair, un bon retour sur capital et dirigé par un management de confiance.

Buffett a par contre refusé de citer des noms se bornant à indiquer qu’il ne ferait pas d’offre sur RBS Insurance. Des noms circulent cependant à l’instar d’Haribo en Allemagne ou de Swatch et Sonova en Suisse.

Première fortune privée des Etats-Unis, Buffett est en voyage en Europe où il visite la Suisse, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne afin d'y étudier des opportunités d'investissement pour sa holding Berkshire Hathaway.

Il a notamment déclaré qu'il considérait que l'Europe recelait plus d'entreprises potentiellement intéressantes que les pays émergents.

Prié de dire si son intérêt pour les entreprises européennes était le signe d'éventuelles déconvenues avec les entreprises américaines, Buffett a dit s'attendre à ce que son groupe continue d'investir aux Etats-Unis. Je ne suis pas déçu du tout par les Etats-Unis (...) j'adore acheter des entreprises aux Etats-Unis", a-t-il dit.

Buffett a ajouté que la faiblesse du dollar ne constituait pas une motivation importante dans sa décision de rechercher des investissements en Europe. Je ne suis pas malheureux à l'idée d'acheter en euros aujourd'hui, disons, ou en francs suisses, et de gagner de l'argent en euros ou en francs suisses", a-t-il ajouté. Avec le temps, les devises européennes... Je ne m'inquiéte pas qu'elles puissent se déprécier contre le dollar US".

Buffett a estimé que les prix des matières premières allaient vraisemblablement continuer à augmenter mais il a souligné que Berkshire Hathaway n'avait pas de position sur ces marchés et n'en aurait probablement jamais.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés