Zaventem vend des parcelles en exigeant la connaissance du néerlandais

Le conseil communal de Zaventem a décidé lundi soir de vendre dix-huit parcelles à bâtir, situées près de la l'église de Nossegem, en stipulant que les candidats-acheteurs devaient connaître le néerlandais ou être prêts à l'apprendre.

(Belga) Dans le même lotissement, le CPAS de Bruxelles va également mettre six parcelles en vente, mais en déterminant lui-même les conditions de vente. La commune mettra ses terrains en vente à un prix inférieur de 20% à celui du marché pour permettre l'installation de gens habitant déjà Zaventem. Parmi les critères fixés pour l'attribution figurent - outre la durée d'établissement dans la commune, le fait d'y travailler ou d'avoir des enfants - la connaissance du néerlandais ou la disponibilité à l'apprendre, conformément au projet de nouveau Code du logement flamand. Une évaluation des efforts réalisés sera effectuée. L'opposition francophone au conseil communal avait annoncé dès la semaine dernière son intention de déposer plainte auprès des instances européennes, affirmant qu'il s'agissait d'une discrimination politique inacceptable. Ses élus ont voté lundi soir contre ces conditions. Le gouverneur du Brabant flamand, Lode De Witte, a demandé à examiner la décision précédente du conseil communal, vraisemblablement à la suite d'une question posée par le seul élu francophone au parlement flamand, Christian Van Eycken (UF). Le bourgmestre de Zaventem, Francis Vermeiren (VLD), s'est quant à lui dit confiant, affirmat être soutenu par le ministre flamand du Logement, Mario Keulen.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés