"A 1,40 dollar il faudra tirer la sonnette d'alarme" (économiste)

L'économiste Christian de Boissieu, président du Conseil d'analyse économique (CAE), estime "qu'à 1,40 dollar, il faudra tirer sous doute la sonnette d'alarme pour l'euro", dans une interview au quotidien Les Echos de lundi.

(afp) L'économiste Christian de Boissieu, président du Conseil d'analyse économique (CAE), estime "qu'à 1,40 dollar, il faudra tirer sous doute la sonnette d'alarme pour l'euro", dans une interview au quotidien Les Echos de lundi.

"Si l'euro continue de monter et franchit la barre de 1,40 dollar, il faudra sans doute tirer la sonnette d'alarme car à ce niveau là, le seuil de tolérance sera atteint pour l'ensemble des Européens", explique-t-il.

Selon Christian de Boissieu, "pour certains secteurs comme l'aéronautique, le seuil de tolérance est déjà dépassé. Il se situe autour de 1,20 dollar pour 1 euro. Pour l'automobile on n'est pas très loin de ce niveau s'il n'est déjà atteint", souligne-t-il.

Puis il ajoute, que "dans ce petit jeu où chacun joue la faiblesse de sa devise, l'euro, tout comme la livre sterling d'ailleurs, porte le fardeau, ce qui devient un véritable handicap pour notre croissance."

M. de Boissieu "pense même que le dollar va poursuivre sa baisse tandis que les taux longs américains remonteront, ce qui permettra de faciliter le financement privé du déficit extérieur".

Il n'est "pas partisan d'un changement des statuts de la Banque centrale" européenne. "D'abord, parce que la France est très isolée et que cette démarche paraît comme une volonté de remettre en cause sa nécessaire indépendance", explique-t-il.

Le président du CAE juge cependant que "la Banque centrale peut conduire une politique monétaire plus adaptée, plus pragmatique". "Comme elle est jeune, ses dirigeants pensent qu'il doivent être fermes pour être crédibles", analyse-t-il, ajoutant: "je pense pour ma part que plus de pragmatisme partiperait à sa crédibilité".

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés