Bourse de Paris: CAC 40 reste en baisse de 1,79%, hésitations à Wall Street

La Bourse de Paris restait en forte baisse mercredi après-midi, le CAC 40 cédant 1,79% dans le sillage d'un début de séance contrasté à Wall Street, toujours emmené par Carrefour mais plombé par la chute des valeurs bancaires.A 15H15 (14H15 GMT), l'indice parisien vedette perdait 97,51 points à 5.335,43 points, dans un volume d'échanges très élevé de 5,691 milliards d'euros.

(afp) Londres abandonnait 1,68%, Francfort 1,83% et l'Eurostoxx 50 1,89%.La Bourse de New York hésitait dans les premiers échanges, le Dow Jones gagnant 0,10% tandis que le Nasdaq cédait 0,08%, après avoir respectivement lâché 1,97% et 2,15% la veille.Aux Etats-Unis, les prix à l'importation ont progressé moins que prévu en février, augmentant de 0,2% par rapport à janvier alors que les analystes tablaient sur une hausse de 0,8%.Dans la zone euro, la production industrielle a baissé de 0,2% en janvier par rapport à décembre (+3,7% sur un an), décevant les économistes qui attendaient une hausse de 0,4% sur un mois et de 4,0% en glissement annuel.

CARREFOUR (+2,38% à 53,34 euros) reste nettement en tête des valeurs vedettes, toujours soutenu par des rumeurs sur une nouvelle montée au capital du groupe Arnault et du fonds américain Colony Capital, mais également par la perspective d'une prochaine implantation en Russie et en Inde.Le premier groupe privé indien, Reliance, est en négociations avec le géant français de la grande distribution pour lui acheter une part de son capital ou créer une société commune, selon un de ses responsables.

BNP PARIBAS (-3,43% à 75,44 euros), CREDIT AGRICOLE (-4,14% à 28,45 euros) et la SOCIETE GENERALE (-3,62% à 120,45 euros) chutent, sur fond de craintes concernant les crédits immobiliers à risque aux Etats-Unis et alors que les valeurs bancaires sont mal orientées depuis plusieurs semaines.Pourtant, selon Aurel Leven, l'impact direct de la crise immobilière américaine sur les banques européennes "sera très faible", leur exposition sur ce marché étant limitée.

JCDECAUX (-1,79% à 21,96 euros) continue à remonter la pente après son plongeon de la matinée. Le groupe a publié un bénéfice net 2006 légèrement inférieur aux attentes, en hausse de 4,1% à 201,1 millions d'euros, alors que le consensus d'analystes Thomson IBES tablait sur 212,73 millions d'euros.

ARKEMA (+0,13% à 38,04 euros) échappe à la morosité générale. L'ancienne filiale chimie de Total, introduite en Bourse en mai, a dégagé en 2006 un bénéfice net de 45 millions d'euros après trois années de pertes et commence à envisager des acquisitions.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés