Bruxelles préconise une baisse des déficits à partir de 2011

©Photo News

La Commission européenne préconise de redresser les finances publiques à partir de 2011. Selon les projections de la Commission, en l'absence de mesures autres que le retrait des plans de relance, le niveau de la dette "augmenterait progressivement", pour atteindre environ 100% du produit intérieur brut (PIB) vers 2016 dans la zone euro et l'UE.

(afp) - La Commission européenne préconise dans un rapport des mesures "très substantielles" pour redresser les finances publiques à partir de 2011, faute de quoi la dette pourrait atteindre des niveaux vertigineux d'ici 2020 avec des sommets en Irlande et au Royaume-Uni.

Dans ce document, dont l'AFP a obtenu copie et qui est destiné à préparer une discussion des ministres des Finances en octobre, Bruxelles souligne qu'"à partir de 2011, une consolidation fiscale généralisée, très substantielle -mais différenciée selon les pays- est nécessaire pour inverser les tendances inquiétantes concernant le ratio de dette par rapport au PIB".

Selon les projections de la Commission, en l'absence de mesures autres que le retrait des plans de relance, le niveau de la dette "augmenterait progressivement", pour atteindre environ 100% du produit intérieur brut (PIB) vers 2016 dans la zone euro et l'UE. En 2020, il serait même de 115% dans la zone euro et 120% dans l'UE.

En 2008, la dette était de 69,3% dans la zone euro et 61,5% dans l'UE, déjà au-dessus du seuil de 60% fixé par le Pacte de stabilité européen.


Dans certains pays, la dette exploserait même: elle atteindrait 200% en 2020 en Irlande, près de 190% au Royaume-Uni, et environ 175% en Lettonie. Viendraient ensuite la France ou l'Italie, mais avec des niveaux moins élevés, autour de 130%.

"La crise financière causera autant de dégâts dans les budgets gouvernementaux que les épisodes de crises industrielles nationales les plus coûteux du passé", souligne la Commission.

Pendant un certain nombre d'années, "les efforts de consolidation annuelle devront, dans la plupart des pays, être bien au-dessus des 0,5% du PIB" par an en moyenne, préconisés en temps normal par le Pacte de stabilité, "et dans plusieurs cas au-dessus de 1% du PIB", estime-t-elle.

Selon ses projections, même avec un effort de redressement des finances publiques de 1% du PIB par an, la dette irlandaise augmenterait à 160% en 2020, celles du Royaume-Uni et de la Lettonie à 140%.

Les Européens ont insisté jusqu'ici sur la nécessité de préparer des "stratégies de sortie" de la crise crédibles.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés