Citibank ne négocie pas avec Dolor

En marge de la première publication des résultats de son offre faite par rapport aux obligations Lehman Brothers, Citibank Belgium a fait savoir qu'elle ne négociait pas et qu'elle n'avait pas l'intention de négocier avec Dolor.

Bruxelles (L'Echo) - Dans un courrier récemment adressé à ses clients, l'ASBL Dolor a fait savoir qu'elle était en négociations avec Citibank Belgium en vue d'obtenir une meilleure transaction.

"Faux", rétorque Citibank Belgium qui précise ne pas négocier et n'avoir aucune intention de négocier avec Dolor.

Ce courrier a également été envoyé à des personnes qui ne sont pas membres de Dolor, mais qui ont souscrit à des obligations émises et garanties par Lehman Brothers et distribuées, entre autres, par Citibank Belgium. 

Poursuivant plus loin sa charge, la banque précise: "Dolor refuse d'être transparent au sujet des personnes qu'elle représente. Alors que Dolor a, de manière répétée, fait des déclarations publiques selon lesquelles elle représenterait entre 1.200 et 1.500 clients, les faits démontrent qu'elle ne représente qu'entre 130 et 150 clients".

Citibank Belgium considère que Dolor n'est pas un partenaire fiable ou crédible pour des discussions car l'ASBL a entrepris une série d'action téméraires. Et la banque d'énumérer ces actions.

  • En juillet 2009, Dolor a introduit une plainte "mal fondée" auprès du Centre pour l'Egalité des Chances et de la Lutte contre le Racisme. Cette plainte a été rejetée.
  • En octobre 2009, Dolor a menacé Citibank d'une action en justice concernant des rumeurs d'une vente de la banque, avant de décider d'abandonner cette action.
  • Un mois plus tard, un membre de Dolor introduisait une requête visant à faire nommer un mandataire ad hoc chez Citibank. Le tribunal correctionnel de Bruxelles a rejeté cette requête.

nicolas.keszei@lecho.be

 

 

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés