Cofinimmo, Leasinvest et Ascencio résistent à la crise

Les résultats publiés par les trois Sicafis belges montrent une honorable résistance à la crise. 2009 s’est avérée plus profitable que l’année précédente en termes de résultat courant.

Bruxelles (L'Echo) - Les Sicafi Cofinimmo et Leasinvest Real Estate, spécialisées dans l’immobilier de bureaux et, pour la seconde, les centres commerciaux, ont publié vendredi leurs résultats annuels 2009 tandis que Ascencio, spécialisé dans le marché de la «brique»  retail,  a rendu publics ses chiffres au premier trimestre de son exercice 2009-2010.

Globalement, les trois copies montrent une belle résistance des Sicafi belges à la crise. De bon augure avant l’annonce des résultats des autres Befimmo, WDP, Intervest et consorts.  

«Pour les trois Sicafi, 2009 s’est avérée plus profitable que l’année précédente en termes de résultat courant, souligne Preben Bruggeman, analyste à la Banque Degroof. Et les taux d’occupation sont restés assez forts pour Cofinimmo et Leasinvest. Pour Ascencio, en revanche, ce taux a diminué de 94 à 92,3% en raison de quelques faillites de locataires qui ont laissé un vide dans le portefeuille.»

  • La raison principale de cette bonne résistance? «Les société ont profité l’an dernier des indexations de loyers appliquées fin 2008 - début 2009, répond Bruggeman. Toutefois ce qui est vrai pour les résultats courants ne l’est pas nécessairement pour les résultats totaux: les Sicafi ont enregistré des moins-values sur leur portefeuille immobilier ainsi que sur leur portefeuille de produits de couverture contre les variations de taux d’intérêt.»

Comparativement et toutes proportions gardées, Leasinvest semble avoir un peu mieux tiré son épingle du jeu que Cofinimmo. La raison principale, selon l’analyste, renvoie à une opération effectuée par Leasinvest l’an dernier: la vente du projet de bureaux Bian à Luxembourg, avec une jolie plus-value à la clef, qui a presque éliminé les moins-values sur portfeuille.

  • Pour 2010, les directions des trois Sicafi prévoient de faire aussi bien qu’en 2009: Cofinimmo table sur un résultat net courant par action proche du niveau atteint l’an dernier et s’estime bien positionnée pour une éventuelle reprise conjoncturelle; Leasinvest parle d’un résultat net courant comparable; et Ascencio évoque un dividende au moins égal pour autant que les facteurs non monétaires ne connaissent pas de réduction de valeur.

Des raisons de susciter un optimisme généralisé? «Il ne faut pas oublier que 2009 a été très difficile, tempère Preben Bruggeman, et que peu de choses ont bougé sur le marché immobilier. Celui-ci devrait se reprendre légèrement cette année. A tout le moins, il ne devrait plus y avoir de nouvelle détérioration. Selon moi, les directions des trois Sicafi ne se montrent ni pessimistes, ni trop optimistes, mais positivement réalistes.»

  • A épingler: Cofinimmo a fait mieux que les attentes des analystes en termes de résultat net courant par action (hors impact IAS 39), à 7,47 euros contre 6,99 attendus selon le consensus et contre 7,30 euros (après vente d’actions propres) en 2008. «C’est évidemment

positif», souligne Jean-Marie Caucheteux, également analyste à la Banque Degroof, qui juge les prévisions de la direction de la Sicafi largement abordables. «Il est vrai que le marché bruxellois est toujours considéré comme plus difficile, au niveau du développement notamment, explique-t-il, mais le taux d’occupation affiché par Cofinimmo est bien plus élevé que le marché. La société peut voir venir, d’autant plus qu’elle a une bonne vision, à plusieurs mois, sur ce que vont faire les locataires. L’incertitude, si incertitude il y a, porterait plutôt sur le second semestre

Et dans leur pipe-line, il y a encore d’autres données qui justifient sa confiance au niveau du taux d’occupation. C’est un marché à deux vitesses: contrairement à d’autres, la Sicafi possède des immeubles bien situés et pas trop anciens. La prévision de bénéfice comparable tient aussi compte de charges financières qui devraient évoluer en sa faveur à deux niveaux: en raison de cessions de créances effectuées, Cofinimmo a eu l’an dernier un surcoût financier temporaire, qui n’apparaîtra donc plus cette année; le poids des normes IAS 39 devrait par ailleurs s’avérer moins important en 2010. Enfin si la société ne profitera plus autant de l’effet de l’indexation de loyers, elle devrait en revanche bénéficier d’une imposition un peu plus faible cette année.» 

Michel Lauwers    

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés