Publicité

Combats dans le centre de Bagdad après le crash d'un hélicoptère privé

Des combats ont opposé mercredi à Bagdad les forces irakiennes et américaines aux insurgés, dans le quartier sunnite de Haïfa, au lendemain du crash d'un hélicoptère, dans lequel ont péri cinq Américains travaillant pour une société de sécurité privée.En outre, le ministre de l'Enseignement supérieur, Abed Diab al-Oujaïli, a échappé à une embuscade tendue par des hommes armés dans le sud de Bagdad, qui a fait un mort et un blessé parmi ses gardes.

(afp) Vingt-trois personnes ont été par ailleurs tuées mercredi dans des attaques à travers l'Irak, dont quatre policiers dans l'explosion d'une voiture piégée à Bagdad et quatre membres d'une même famille chiite, dont deux enfants, tués par des hommes armés à Souwaira, au sud-est de la capitale.L'armée américaine a également fait état de la mort d'un enfant de 12 ans au cours d'un raid pendant lequel "trois terroristes" ont été arrêtés dans le nord de Bagdad.Les forces américaines et irakiennes ont tenté une nouvelle fois mercredi de reprendre le contrôle de la rue Haïfa, bastion sunnite du centre de Bagdad, à moins de 2 km de la Zone verte fortifiée qui abrite les institutions irakiennes et l'ambassade des Etats-Unis.Les soldats ont été la cible de tirs d'obus de mortier, de grenades, d'armes légères et de roquettes antichars au cours de cette opération, baptisée "Tomahawk Strike 11", selon l'armée américaine."Deux terroristes ont été tués et 11 personnes recherchées, de différentes nationalités, ont été arrêtés", a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué.

"D'importantes caches d'armes ont été découvertes dans une école primaire. L'opération se poursuit pour chasser de Haïfa les derniers terroristes et éléments criminels qui s'y trouvent", a-t-il ajouté.Pour sa part, l'armée américaine a fait état de l'arrestation de sept suspects et de la découverte de caches d'armes.Les combats ont éclaté à l'aube et se sont poursuivis de manière sporadique jusqu'en milieu d'après-midi.L'armée américaine a annoncé la mort d'un soldat dans ces combats mercredi et de deux Marines mardi des suites de "blessures infligées au combat dans la province d'Al-Anbar", à l'ouest de Bagdad.Le 9 janvier, près de mille soldats irakiens et américains avaient déjà mené une opération conjointe à Haïfa, avec l'appui d'hélicoptères d'attaque, faisant cinquante tués parmi les insurgés, selon un bilan irakien. Mais des combats avaient repris les 14 et 17 janvier.L'armée américaine et les forces de sécurité irakiennes ont aussi entamé mardi une importante opération, baptisée "Loup", dans le quartier sunnite d'Adhamiyah, à Bagdad.Mardi, un hélicoptère de la société de sécurité privée Blackwater USA s'était écrasé dans le quartier de Fadl, juste au sud de Adhamiyah, faisant cinq morts parmi les passagers américains.L'attaque a été revendiquée par trois groupes de la guérilla sunnite en Irak, l'Armée islamique en Irak, Ansar al-Sunna (lié à al-Qaïda) et les brigades de la révolution de 1920.Fondé en 1977 par un ancien membre des forces spéciales de la marine américaine (Navy Seals), Blackwater a acquis une sinistre notoriété en mars 2004, quand quatre de ses employés américains sont tombés dans une embuscade à Falloujah, le bastion rebelle à l'ouest de Bagdad.Les images de leurs corps calcinés, pendus sur un pont, avaient choqué le monde et accéléré une opération militaire d'envergure contre Falloujah, en avril puis en novembre 2004, quand les Marines avaient repris la ville et l'avaient quasiment réduite en cendres.

En Irak, Blackwater emploie près de 1.000 personnes, qui assurent principalement la sécurité des membres de l'ambassade et de hautes personnalités américaines. Au moins 22 de ses employés ont été tués depuis mars 2003, selon le site internet de référence icasualties.org.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés