Gordon Brown admet son manque de fermeté envers les banques

Dans un entretien à la chaîne privée ITV qui sera diffusé ce mercredi, le Premier ministre britannique admet avoir commis une erreur en n'adoptant pas une position plus ferme face aux banques lorsqu'il était ministre des Finances entre 1997 et 2007.

(AFP) - Invité par la chaîne ITV1 à citer les erreurs commises lorsqu'il était chancelier de l'Echiquier, M. Brown a d'abord évoqué la suppression décidée en 2007 de la tranche la plus faible de l'impôt sur le revenu avant de dire: "Dans les années 1990, les banques".

"Elles venaient nous dire 'Ecoutez, nous ne voulons pas être réglementées, nous ne voulons pas de réglementation', a-t-il expliqué. Toutes les doléances que je recevais étaient pour dire 'Vous leur imposez trop de régulation'. La réalité est qu'au niveau mondial et national, nous aurions dû les réguler davantage", a reconnu M. Brown.

"J'ai tiré les leçons de cela. On ne doit pas écouter le secteur (bancaire) lorsqu'il dit 'C'est bien pour nous'. Il faut prendre en compte l'intérêt général du public", a poursuivi le Premier ministre travailliste.

La régulation insuffisante des établissements financiers à travers le monde est considérée comme ayant contribué à la crise économique internationale, causée par des années de prises de risques excessives grâce à l'attitude de laisser-faire des autorités. Le sommet des dirigeants du G20 à Londres en avril 2009 avait en particulier préconisé un renforcement de la supervision financière et de la régulation.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés