Grande-Bretagne: la BoE anticipe un pic d'inflation à court terme

La hausse des prix à la consommation au Royaume-Uni pourrait atteindre un pic de 3% à court terme, a estimé mercredi la Banque d'Angleterre (BoE) dans son rapport trimestriel sur l'inflation.

(afp) "L'inflation a atteint 2,5% (sur un an) en juin. Dans notre projection moyenne, l'inflation va progresser un peu plus à court terme, puis se modérer vers les 2%, à mesure que l'impact des prix de l'énergie et des importations diminue", a avancé la banque centrale. Le gouverneur de la BoE, Mervyn King, a précisé lors d'une conférence de presse qu'il y avait une chance sur deux pour que l'inflation atteigne 3% dans les mois à venir, un niveau jamais atteint depuis 1997. Ce pronostic est fait sur la base de taux d'intérêt à 4,75%, niveau auquel ils ont été ramenés la semaine dernière. A moyen terme, la BoE prévoit que l'inflation se replie "vers" et non pas sous les 2%. Elle continuera donc de dépasser la cible que se fixe l'institut monétaire. Pour la banque centrale, les incertitudes pesant sur l'inflation sont "plus élevées que d'habitude, en particulier à court terme". Les pressions inflationnistes sont entretenues en particulier par les prix de l'énergie, qui se font sentir sur les factures des ménages. La croissance économique du Royaume-Uni devrait cependant demeurer proche de son rythme de long terme (soit 2,5% par an sur les 10 dernières années), soutenue par "une croissance stable des dépenses des ménages" et "un modeste rebond de l'investissement". Les profils d'inflation et celui de croissance avancés mercredi sont légèrement supérieurs aux dernières prévisions de la banque en mai. Les risques à la baisse comme à la hausse pesant sur ces projections sont "globalement équilibrés", a ajouté la banque centrale. Parmi les risques principaux, la BoE évoque "les perspectives de croissance mondiale" et "la vigueur et la durée du rebond constaté dans les dépenses de consommation". Ces deux facteurs sont à l'origine du retour de la croissance britannique à son rythme de long terme depuis le quatrième trimestre 2005, mais restent fragiles. La banque est également revenue sur le relèvement surprise des taux d'intérêt à 4,75% décidé la semaine dernière. "Etant donné que l'inflation devrait demeurer au-dessus de la cible (de 2%) pendant un moment, le comité a jugé nécessaire une hausse de 25 points de base pour ramener l'inflation vers la cible à moyen terme", avance le rapport. "Au vu de la décision surprise de la semaine dernière, il n'est pas étonnant de voir que la BoE avait révisé en hausse ses prévisions de croissance et d'inflation", a réagi Audrey Childe-Freeman, économiste à la Banque canadienne impériale de commerce. M. King s'est montré évasif sur l'évolution future des taux d'intérêt lors de la conférence de presse. Le maintien d'une inflation élevée permet en principe d'envisager un nouveau resserrement monétaire, surtout si la croissance tient bon. Mais la banque pourrait rester attentiste face aux nombreux risques pesant sur ses prévisions. "Dans l'ensemble, on sent que la possibilité d'une nouvelle hausse des taux est ouverte, mais n'est pas garantie, en raison des nombreuses incertitudes", a estimé Audrey Childe-Freeman.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés