Guy Quaden : "La zone euro ne va pas éclater"

Pour le prix Nobel d'économie, Eric Maskin, l'euro pourrait disparaître en l'absence de réformes. Guy Quaden, le gouverneur de la Banque nationale de Belgique, est quant à lui formel: la zone euro ne va pas éclater.

Dans un entretien à L'Echo, le gouverneur de la BNB souligne que les attaques dirigées contre le Portugal et l’Espagne sont purement spéculatives. "Certains en dehors de l’Europe ne se cachent pas pour dire ou sous-entendre que l’objectif final est l’éclatement de la zone euro. Ils en seront pour leurs frais" confie Guy Quaden.
"Le Portugal, l’Espagne, l’Irlande ou l’Italie ne sont pas dans la même situation que la Grèce. Et encore moins la Belgique", ajoute-t-il.
Pour ce qui est des récentes tensions sur les taux obligataires belges, Quaden explique que ce n’est pas très neuf. "L’écart des taux avec l’Allemagne a tendance à s’élargir dans la zone euro. Mais il ne faut pas se focaliser sur les mouvements d’un seul jour. La Belgique affiche des taux supérieurs à la France et aux Pays-Bas, qui eux-mêmes ont des taux plus élevés que l’Allemagne. Mais d’un autre côté, les taux belges sont bien inférieurs aux taux italiens, espagnols et portugais et bien entendu aux taux grecs."

Pour l'économiste américain Eric Maskin, l'euro pourrait bel et bien disparaître en l'absence d'une réforme des règles dans la zone euro. "Mais j’ai confiance dans le pouvoir des crises. Les gens sont généralement réticents à agir avant une crise. Mais, après la crise, ils sont généralement prêts à mettre en œuvre les réformes qui sont nécessaires. L’homme est ainsi fait. C’est pourquoi je suis raisonnablement optimiste."
Guy Quaden rappelle aussi que l'Europe a toujours avancé à travers les crises, comme celle du Système monétaire européen en 1992-93.

Analyse et interviews ce samedi dans L'Echo

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés