Publicité

L'administration Bush paraît plus ouverte sur le réchauffement climatique

L'administration américaine paraît de plus en plus ouverte à des discussions sur le réchauffement climatique, a estimé le président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso à l'issue d'un entretien avec le président George W. Bush.

(afp) "Je vois une attitude beaucoup plus ouverte, engagée, sur le besoin d'une action commune et mondiale sur ce problème", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.Le responsable européen a aussi dit avoir trouvé en le président Bush "un interlocuteur réceptif" au changement climatique, tout en soulignant que des différences importantes subsistaient."Naturellement, nous savons que la position américaine continue à être un rejet du protocole de Kyoto", a relevé Jose Manuel Barroso."Cela ferait une grande différence si les Etats-Unis étaient aussi clairement engagés que nous le sommes (en Europe), pas seulement pour nous mais aussi pour essayer d'obtenir un engagement de la Chine et de l'Inde", a-t-il poursuivi.Les Etats-Unis sont le plus gros pollueur de la planète en produisant le quart des émissions de gaz à effet de serre suivi par la Chine et l'Inde.M. Barroso a laissé entendre que le programme de l'UE sur l'énergie, qui doit être prochainement annoncé, comprenait des objectifs précis de réduction des émissions de gaz à effet de serre, dont le principal est le dioxyde de carbone (CO2).Des responsables européens à Washington ont dit qu'il s'agirait de l'initiative sur l'énergie "la plus importante et la plus ambitieuse" jamais adoptée dans l'Union européenne.

"Nous croyons en Europe qu'il est important d'avoir des limites obligatoires pour ces émissions", a insisté le président de l'UE tout en refusant de dévoiler le programme européen.Selon certaines informations de presse, ce programme prévoirait des réductions d'émissions de gaz à effet de serre de 20% d'ici 2020 par rapport à leurs niveaux de 1990, ainsi que des mesures pour accroître l'efficacité énergétique et conduire davantage de recherche sur les nouvelles sources d'énergie.L'administration Bush a rejeté le protocole de Kyoto qui prévoit des réductions contraignantes de ces émissions, en faisant valoir que cela handicaperait sérieusement l'économie américaine.Elle est favorable à une approche volontaire en faisant la promotion d'incitations pour la recherche et le développement de sources d'énergie propre et de technologies permettant de réduire la consommation énergétique.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés