Publicité

L'AIE rehausse ses prévisions de demande mondiale pour 2006 et 2007

En cause: une demande chinoise plus forte que prévu.

(afp) L'Agence Internationale de l'Energie (AIE) a revu à la hausse ses prévisions de demande de pétrole pour 2006 et 2007 en raison d'une consommation chinoise plus forte que prévu, a-t-elle annoncé mardi dans son rapport mensuel.

L'AIE revoit en hausse de 111.000 barils par jour (bj) sa demande mondiale à 84,5 millions de barils par jour (mbj) pour 2006, et de 273.000 barils par jour à 86 mbj pour 2007.

L'agence, qui dépend de l'OCDE (Organisation de Coopération et de développement économique) et représente les principaux pays consommateurs, relève également ses prévisions de progression de la demande pour les pays hors OCDE à 3,6% pour 2006 et 3,2% pour 2007, contre 3,2% pour 2006 et 3% pour 2007 dans la précédente estimation.

Par ailleurs, la prévision d'offre de pétrole venant de pays hors OCDE est légèrement revue à la baisse de 70.000 bj à 50,5 mbj, principalement à cause des prévisions d'offre en provenance de Chine et des Amériques.

En janvier, les baisses des quotas de production des pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ont continué à se faire ressentir: la production du cartel a baissé de 180.000 bj à 30,2 mbj (y compris Angola et Irak), et devrait continuer à baisser pendant les quelques mois à venir, note l'AIE.

Par ailleurs, une baisse saisonnière de la demande de produits pétroliers est à attendre au deuxième trimestre, rappelle Lawrence Eagles, principal analyste pétrolier de l'AIE, qui fait également remarquer que le Japon a enregistré sa première baisse de demande d'essence depuis les années 70.

Pour la première fois depuis 1985, la demande pétrolière des pays de l'OCDE a enregistré un recul significatif en 2006, souligne aussi l'AIE: principalement une réaction aux prix élevés de l'or noir, qui encourage la transition vers des énergies alternatives: la Chine a poursuivi une transition rapide vers les générateurs d'énergie fonctionnant sans hydrocarbures, tandis que les Etats-Unis et l'Europe ont continué à poursuivre une transition vers le gaz naturel et dans une moindre mesure le charbon.

Toutefois, ce passage à de nouvelles énergies est progressif et se fera surtout sentir en 2010, voire plus tard, pour Lawrence Eagles.

Entre temps, "il est probable que la demande mondiale de pétrole va rebondir, tirée par celle des pays hors OCDE", dont certains sont devenus des consommateurs nets de pétrole et non plus des exportateurs nets, à l'instar de la Chine, l'Inde, l'Indonésie ou le Vietnam, précise M. Eagles.

Ce rebond aura lieu peut-être dès l'an prochain mais plus probablement en 2009 ou 2010, selon lui.

M. Eagles note aussi que la demande japonaise d'essence a diminué en 2006 pour la première fois depuis les années 70, les consommateurs préférant de plus en plus des véhicules économes en carburant.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés