La CBFA satisfaite des communiqués annuels 2005 des sociétés cotées

La Commission bancaire financière et des assurances (CBFA), le gendarme des marchés financiers, vient de décerner un satisfecit aux sociétés belges cotées pour leur communication financière. " Elles sont à la page " a affirmé Jean-Paul Servais, le vice-président du comité de direction de la CBFA qui salue l'effort accompli en matière de transparence.

(l'écho) Ce bon bulletin a pu être délivré après l'examen attentif des communiqués annuels 2005 de 125 entreprises inscrites sur l'Eurolist d'Euronext Bruxelles. Cet exercice régulier revêtait cette fois un caractère exceptionnel en raison de l'impact des nouvelles normes comptables IFRS.

Ces sociétés n'ont d'ailleurs rien laissé au hasard. Quelque 97% d'entre elles avaient déjà soumis, sur base volontaire, les informations comptables reprises dans le communiqué annuel au contrôle du commissaire. " Comme il s'agissait pour la plupart des sociétés de la première publication de résultats annuels selon les normes IFRS, il était très important que ces chiffres soient vérifiés par le commissaire" souligne la CBFA dans son étude.

Autre constat positif : la moitié des communiqués passés au crible présentent des informations financières sectorielles alors que cette obligation issue des normes IFRS s'applique uniquement aux comptes consolidés. Le niveau atteint 56% pour les sociétés cotées sur le segment continu et passe même à 83% si l'on s'en tient au Bel20.

La norme IAS 14 exige de ventiler le compte de résultat par secteur. Il s'agit plus précisément d'une double segmentation : par produits d'une part et par zone géographique d'autre part. " L'information sectorielle permet aux investisseurs d'avoir une approche plus fine des activités et des risques d'une entreprise " a précisé Jean-Paul Servais. L'étude révèle que 88% des émetteurs qui publient des informations sectorielles dans leur communiqué annuel retiennent le secteur d'activité comme premier niveau d'information sectorielle, contre 12% seulement pour le critère géographique.

La CBFA relève encore qu'après des débuts décevants l'utilisation du site internet comme canal de publication de l'information financière s'est largement répandue. Aujourd'hui 96 émetteurs belges proposent de l'information aux investisseurs sur le net, tout en répondant aux conditions imposées par la Commission bancaire (accès libre et gratuit, alerte e-mail, communiqués des trois dernières années, calendrier,?).

Quant au bonus de rapidité prévu par un arrêté royal de mars 2003 il entre petit à petit dans les m?urs. Quelque 18 sociétés (15%) ont en effet publié leurs comptes annuels dans un délai de trois mois s'épargnant ainsi l'obligation de publier un communiqué sous la forme d'un encart payant dans la presse. Elles étaient au nombre de 6 à avoir utilisé ce bonus en 2003.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés