La Commission sceptique à propos de la taxe sur les banques

"Toute nouvelle taxe dans l'Union européenne est possible. Le seul problème, c'est (la règle de) l'unanimité", a commenté le commissaire européen en charge de la Fiscalité, Laszlo Kovacs, en marge d'une réunion des ministres européens des Finances.

(Belga) - La Commission européenne a réagi mardi avec scepticisme à la proposition suédoise d'instaurer dans l'Union une taxe sur les banques afin de leur faire supporter le coût de leur sauvetage public l'année passée.

"Toute nouvelle taxe dans l'Union européenne est possible. Le seul problème, c'est (la règle de) l'unanimité", a commenté le commissaire européen en charge de la Fiscalité, Laszlo Kovacs, en marge d'une réunion des ministres européens des Finances.

"Moi, je ne parierais pas beaucoup d'argent sur l'introduction de pareille taxe...", a-t-il ajouté.
Le ministre suédois des Finances Anders Borg a plaidé mardi pour la création en Europe d'une taxe sur les banques, à l'image de celle que vient d'annoncer le président des Etats-Unis.

"Nous pensons vraiment que nous ne pouvons pas accepter une situation dans laquelle les banques fuient l'addition", a commenté M. Borg.

Présent mardi au conclave ministériel, le ministre belge des Finances, Didier Reynders, a rappelé que le gouvernement, lors du débat budgétaire, avait déjà décidé d'imposer au secteur bancaire une contribution à hauteur de 680 millions d'euros par an dès 2011.

Outre ce débat sur la taxation des banques, M. Reynders a fait part mardi de sa volonté de conduire, au second semestre 201O lors de la présidence belge de l'Union, un débat sur "le transfert des charges sur le travail vers d'autres assiettes fiscales, que ce soit les banques, les émissions de carbone ou autres", a-t-il confié lors d'un point de presse.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés