La croissance trimestrielle reste robuste en Belgique

Malgré un léger ralentissement, la Belgique a encore connu une croissance "robuste" au cours du premier trimestre de cette année, son produit intérieur brut (PIB) ayant progressé de 2,8 %, selon une estimation de l'Institut des comptes nationaux (ICN) publiée ce mercredi.

(belga) Durant les 3 premiers mois de 2007, l'activité économique a augmenté de 0,6 % en Belgique, la croissance pour l'ensemble de l'exercice écoulé s'élevant quant à elle à 3 %, a précisé l'institut.

"Selon l'estimation "flash" du produit intérieur brut, la croissance économique a légèrement ralenti au premier trimestre de l'année. Mais la croissance est restée robuste (+2,8 % contre une hausse de 3 % durant le dernier trimestre de 2006). Au cours des 3 derniers mois de 2006, la progression de la valeur ajoutée s'est ralentie dans la construction. Constat identique dans l'industrie et les services, où la croissance s'est également repliée, tout en demeurant largement positive (respectivement, 0,6 et 0,5 %).

L'activité économique a été soutenue par la demande extérieure, les exportations de biens et services progressant de 2,7 % par rapport au trimestre précédent. La demande intérieure, en revanche, n'a augmenté que de 0,4 %, en raison principalement du tassement des dépenses des ménages.

Quant à la chute des investissement publics (-36 pc), elle est liée à des ventes de bâtiments publics, dont on retrouve une contrepartie dans les investissements des entreprises, en forte progression (+5,6 %), a précisé l'institut. En termes d'emploi, le nombre de travailleurs s'est accru de 0,3 % au 4ème trimestre 2006, par rapport au trimestre précédent. A un an d'écart, l'augmentation de l'emploi a atteint 1,4 %, soit plus de 58.000 personnes, a ajouté l'ICN qui est revenu, dans la foulée sur l'ensemble de l'exercice écoulé. "En 2006, l'activité économique belge a bénéficié d'un environnement largement favorable: une croissance des marchés à l'exportation, une monnaie stable, un ralentissement de la progression des prix pétroliers, des taux d'intérêt à long terme bas et des cours boursiers en hausse", a ainsi souligné l'institut. Dans ce contexte porteur, la croissance économique a doublé par rapport à l'année précédente, le PIB ayant augmenté en volume de 3,0 %, soit le taux le plus élevé depuis le début de la décennie.

"Cette croissance a reposé sur toutes les composantes de la demande, qu'il s'agisse de la demande intérieure (consommation privée, consommation publique, investissements, variation des stocks) ou extérieure (exportations)", a encore souligné l'ICN. Sur l'ensemble de l'année 2006, le volume des exportations de biens et services a ainsi progressé de 3,6 %, un peu plus rapidement que l'année précédente (3,1 pc), se redressant de façon marquée tout au long de l'année.

Enfin, reflétant avec un délai de deux à trois trimestres les évolutions de l'activité économique, le marché du travail a également connu une croissance appréciable tout au long de l'année dernière. Au total, l'emploi a augmenté de plus de 46.000 personnes en 2006, contre un peu moins de 41.000 en 2005.

Photo Belga

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect