La Grèce prête à tout pour réduire son déficit

A l'issue d'une rencontre à Paris, le premier ministre grec, Georges Papandreou, a déclaré que son pays était prêt à prendre "toutes les mesures nécessaires" pour réduire son déficit de 4 points en 2010, à 8,7% du PIB.

(afp) - La Grèce est prête à prendre "toutes les mesures nécessaires" pour réduire son déficit de quatre points en 2010, à 8,7% du Produit intérieur brut, a déclaré mercredi son Premier ministre Georges Papandreou, à l'issue d'un déjeuner de travail à l'Elysée avec Nicolas Sarkozy.

"Nous sommes prêts à prendre toutes les mesures nécessaires afin d'être sûrs que soit atteint notre objectif de réduire notre déficit de 4 points en 2010, à 8,7%", a affirmé M. Papandreou.
"Je veux le dire très clairement: nous avons soumis un programme de croissance et de stabilité spécifique à la Commission (européenne) qui l'a approuvé", a rappelé M. Papandreou.
"Nous sommes décidés à ce que chaque détail de ce programme soit mis en oeuvre", a-t-il ajouté.

La Grèce traverse actuellement une crise financière sans précédent. Elle a éclaté avec l'annonce en octobre, après l'arrivée des socialistes au pouvoir, que le déficit public s'élèverait à la fin 2009 à 12,7% contre 3,7% prévus au début de l'année.

SOMMET CONSACRE JEUDI A LA GRECE

Le chef de gouvernement grec devait partir mercredi soir pour Bruxelles où il participera jeudi à un sommet informel des chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Sept qui devrait être essentiellement consacré à la crise financière de son pays.
Le président Sarkozy est le seul chef d'Etat de l'UE à qui M. Papandreou a rendu visite avant ce sommet, selon son entourage.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés