Le baromètre ZEW monte plus que prévu en mars

L'indice de l'institut ZEW, qui compile les attentes du secteur financier pour l'économie allemande, a augmenté en mars, de 2,9 points à 5,8 points.

(afp) (afp) - L'indice de l'institut ZEW, qui compile les attentes du secteur financier pour l'économie allemande, a augmenté en mars, de 2,9 points à 5,8 points, un niveau supérieur aux attentes, selon des chiffres publiés mardi.

Les analystes interrogés par l'agence de presse financière AFX News tablaient dans leur consensus sur une amélioration de l'indice à 3,1 points, après 2,9 points le mois d'avant.

Le baromètre est considéré, avec l'indicateur du climat des affaires Ifo, comme un indice fiable pour jauger l'évolution de l'économie.

En février, il était revenu dans le vert, signal que les experts attendent désormais non plus un ralentissement, mais une relance de l'économie allemande au cours de la deuxième moitié de l'année.

Le résultat de mars montre "que la relance de l'économie se poursuit", a estimé l'institut ZEW, même s'il juge le rythme de remontée de l'indice "modéré". Les commandes industrielles en provenance d'Allemagne sont restées stables malgré le fort relèvement de la Taxe sur la valeur ajoutée, passée à 19% début janvier, contre 16% auparavant. La décrue du chômage soutient le moral des consommateurs, malgré la TVA, estime l'institut.

Mais le ralentissement des commandes en provenance de l'étranger observé au début de l'année est un sujet d'inquiétude, dans une économie tirée principalement par ses exportations. Cela pourrait être "un signe d'une demande mondiale qui commence à baisser", prévient le ZEW. Les prix toujours élevé du pétrole présente un autre risque pour l'économie, ajoute-t-il dans un communiqué.

"L'économie allemande se trouve toujours dans une phase d'expansion et la demande de main d'oeuvre augmente. Cela ne devrait toutefois pas être utilisé par les partenaires sociaux pour demander des hausses de salaires exagérées", commente le président de l'institut Wolfgang Franz cité dans le communiqué.

Les grandes négociations salariales dans la métallurgie et l'électrotechnique ont débuté lundi en Allemagne. Le syndicat IG Metall réclame une augmentation salariale de 6,5% pour les quelque 3,4 millions de salariés du secteur, et vise au moins 4% au bout des négociations, ce que les employeurs rejettent. Les accords dans ce secteur font en général référence pour le reste de l'industrie et des services.

L'indice compilant l'estimation des experts sur les affaires courantes a de son côté reculé, mais un peu moins qu'anticipé. Il a perdu 1,7 point à 69,2 points, alors que les analystes prévoyaient un déclin à 67 points.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés