Le déficit commercial américain se creuse malgré le dollar faible

5748

Le déficit commercial des Etats-Unis s'est creusé à 62,3 milliards de dollars en février contre 59 milliards en janvier, les importations progressant toujours malgré le dollar faible, a indiqué jeudi le département américain du Commerce. C'est une déception pour les analystes qui tablaient sur 57,4 milliards seulement. C'est aussi le déficit le plus important enregistré depuis novembre 2007.

(afp) - Le déficit commercial des Etats-Unis s'est creusé à 62,3 milliards de dollars en février contre 59 milliards en janvier, les importations progressant toujours malgré le dollar faible, a indiqué jeudi le département américain du Commerce.

C'est une déception pour les analystes qui tablaient sur 57,4 milliards seulement. C'est aussi le déficit le plus important enregistré depuis novembre 2007.

Les chiffres de janvier ont de plus été révisés pour faire ressortir un "trou" de 59 milliards de dollars au lieu de 58,2 annoncé initialement.
Pour les deux premiers mois de l'année, le déficit atteint 121,3 milliards de dollars contre 115,6 milliards pour la même période de 2007.

La dégradation de février s'explique par une forte hausse des importations, que les exportations n'ont pas réussi à compenser.

Les importations ont progressé de 3,1% à 213,7 milliards de dollars, et ont atteint des niveaux record pour les biens de consommation (+2,2 milliards), les biens d'équipement (+960 millions), l'alimentation (+93 millions) et les fournitures industrielles (+62 millions). Les importations automobiles ont elles aussi bondi (+1,8 milliard).

De leur côté, les exportations n'ont augmenté que de 2% à 151,4 milliards de dollars, avec une vigueur surtout marquée pour les fournitures industrielles (+1,8 milliard) et les produits alimentaires (+670 millions).

La balance des services a affiché un excédent record de 10,6 milliards de dollars.

Cette hausse des importations témoigne d'une certaine vigueur de la demande intérieure malgré la menace de récession. Elle montre aussi les limites du dollar faible qui devrait logiquement inciter les Américains à moins acheter à l'étranger tout en donnant un avantage à leurs propres exportations, rendues moins chères par la dépréciation de leur monnaie.

En fait le déficit a continué de se creuser avec les pays dont la monnaie a tendance à s'apprécier face au billet vert: il a augmenté de 15,1% envers la France (à 1,4 milliard), de 17,6% avec l'Allemagne (3,4 milliards) et de 4,3% envers le Japon (à 6,9 milliards). Le déficit avec le Canada a aussi augmenté de 10,1%, à 6,5 milliards de dollars.

Avec les autres pays en revanche, le déficit s'est dans de nombreux cas réduit en février.

Le déficit avec la Chine a diminué de 9,6% à 18,4 milliards de dollars, ce qui est le niveau le plus faible enregistré depuis mars 2007, en raison d'une forte baisse des importations.

Les Etats-Unis exhortent depuis des années la Chine à laisser flotter sa monnaie plus librement, pour tenter de réduire le déficit abyssal qui s'est creusé à coup d'importations de produits de consommation bon marché.

Celui avec les pays de l'Opep a également diminué de 14,8% à 13,2 milliards.

En effet, le déficit de la balance pétrolière s'est réduit à 32,5 milliards de dollars en février après huit mois de hausse consécutifs, et ce en dépit d'un prix record à l'importation du baril de brut (84,76 dollars).

Dans un rapport distinct, le département du Travail a annoncé une baisse de 53.000 à 357.000 des inscriptions hebdomadaires au chômage au cours de la semaine close le 5 avril, contre 383.000 attendues par les analystes.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés