Le docteur "catastrophe" se fait plus doux

Nouriel Roubini

L’économiste Nouriel Roubini a changé son discours : une économie anémique mais sans accroc majeur.

Bruxelles (L'Echo) - Le docteur « catastrophe » (Dr Doom) serait-il devenu plus sage ? En quelques mois, la boule de cristal de Nouriel Roubini a en tout cas repris des couleurs. Le Professeur d’économie à la Stern School of Business de l’Université de New York avait certes prédit la crise financière que l’on a connue.

Et la trempe a donné raison aux plus sombres cassandres. Force est de constater qu’aujourd’hui le ton de l’économiste est moins péremptoire. C’est en tout cas l’impression qu’il nous a laissé lors d’une visite éclair chez ING. L’établissement bancaire accueillait ce personnage fort écouté du sérail financier pour sa conférence annuelle devant ses clients.

Au début de l’année 2009, Roubini entrevoyait la menace d’une reprise en W. Autrement dit, l’économie aurait connu une double récession. Les Etats-Unis et l’Europe sont tour à tour sortis de leur long hiver quelques mois plus tard. Même si la reprise le laisse encore perplexe, la probabilité de rechute n’est plus aussi forte selon lui. « Je vois une probabilité de 10% à 20% d’une reprise en W, la même probabilité d’une reprise en V. A 60% ou 70% de probabilité, nous devrions avoir une reprise en U. »

Attention, prévient tout de suite l’économiste, si les banques centrales retirent trop rapidement leur politique accommodante ou si on assiste à une chute brutale des opérations de portages (emprunter en devise à faible rendement pour investir dans des devises à haut rendement, ndlr), les raisons seront réunies pour une rechute de l’économie.

Pas d’explosion en vue

 

 

Pas d’explosion en vue

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés