Le FMI prévoit une croissance nulle en Belgique

Dominique Strauss-Kahn au cours de la présentation où il fut la cible d'un lanceur de chaussure. ©Bloomberg

Alors que le FMI pointe du doigt une fin de récession tant aux Etats-Unis qu'en Europe, les prévisions du Fonds pour la Belgique ne sont pas très réjouissantes. L'économie de notre pays devrait en effet connaître une croissance nulle en 2010 tandis que l'ensemble de l'Europe pourrait, en moyenne, renouer avec la croissance lors de cette même année.

Bruxelles (L'Echo/afp) - Le FMI prévoit dans un rapport que la Belgique connaîtra une croissance nulle en 2010. C'est moins que pour la majorité des autres économies voisines pour lesquelles les prévisions oscillent entre 0,5 et 1% de croissance pour 2010.

Par ailleurs en 2009, l'économie belge devrait se contracter de 3,2% pourcents en ce qui concerne le produit intérieur brut.

Pourtant, Le Fonds monétaire international a relevé ses prévisions pour la zone euro, tablant désormais sur un retour à une légère croissance l'an prochain après avoir prédit une récession, selon le rapport publié jeudi.

Le PIB, baromètre de l'activité économique d'un pays ou d'une zone, va augmenter de 0,3% en 2010, selon le rapport d'automne de l'institution multilatérale sur les "Perspectives économiques mondiales".

Dans son étude sur la zone euro en juillet, elle pariait encore sur un recul de 0,3% en 2010.

Pour 2009, elle s'attend à une récession de -4,2%, prévision là aussi relevée par rapport à sa projection de l'été dernier (-4,8%).

La zone euro dans son ensemble devrait "émerger de la récession dans la deuxième moitié de 2009, et la reprise gagner en force au cours de 2010", portée par une relance des exportations,  une reconstitution progressive des stocks et le soutien des plans de relance gouvernementaux.

Mais la reprise promet d'être lente, prévient le Fonds, alors que certains pays continuent de souffrir de la crise de leur secteur immobilier (Irlande et Espagne notamment). Autre point préoccupant: la montée du chômage qui devrait s'intensifier. De 9,9% prévu cette année, le taux devrait grimper à 11,7% en 2010.


En ce qui concerne les Etats-Unis, le FMI a relevé jeudi à 1,5% sa prévision de croissance économique aux Etats-Unis en 2010, et estimé que le taux chômage américain risquait de ne plafonner qu'au second semestre de cette année-là.

La croissance devrait "rester molle et atteindre 1,5% sur l'ensemble de 2010", écrit le FMI dans ses Perspectives économiques mondiales (PEM) d'automne, doublant presque sa dernière prévision de juillet qui n'atteignait que 0,8%.

Le Fonds estime que l'année en cours sera finalement un peu plus difficile pour la première économie mondiale, puisqu'il la voit se contracter de 2,7%, contre -2,6% prévu au début de l'été.

Comme les autorités de Washington qui estiment que la récession la pire qu'ait connue les Etats-Unis depuis 1945 s'est achevée en août, le Fonds pense que le second trimestre devrait voir l'économie américaine renouer avec la croissance.


Le FMI "s'inquiète" par ailleurs du fait que le processus de désendettement des ménages et la montée ininterrompue du chômage puissent "peser plus que prévu sur la consommation", moteur de la croissance économique américaine.

Si "la conjoncture financière s'est améliorée considérablement plus que prévu" lors de la publication des PEM de printemps, l'"accélération" des défauts de remboursement liés aux emprunts immobiliers des entreprises "pourrait ralentir" cette amélioration, ajoute le rapport.

A moyen terme, le FMI avertit que la crise pourrait avoir des effets particulièrement dommageables pour l'économie américaine, dont le potentiel de croissance est selon lui "susceptible de tomber sous 2% pour un temps considérable", alors que celui-ci se situait jusque-là autour de 3,5% par an.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés