Le MR plaide pour un suivi mensuel des chômeurs

Le MR veut voir instaurer un système qui permettrait un suivi mensuel des chômeurs. Il propose également, pour les chômeurs de longue durée, une activité au sein des pouvoirs publics locaux pour les remettre en contact avec le monde du travail.

(belga) Le chef de groupe à la Chambre Daniel Bacquelaine a présenté lundi une proposition de résolution qu'il dépose à la Chambre en vue d'améliorer certains aspects de la règlementation en matière de chômage."Qu'on soit bien clair, nous ne proposons pas une limitation dans le temps des indemnités", a-t-il lancé d'emblée.Et d'expliquer que la loi de 2004 qui a mis au point l'accompagnement et le suivi des chômeurs, prévoit une évaluation de ces dispositions en 2007.

Or, force est de constater que le système n'a pas donné les résultats escomptés, a commenté le chef de groupe MR à la Chambre, entouré de Serge Kubla et Jacques Simonet, respectivement chefs de groupe au Parlement wallon et au Parlement bruxellois.Actuellement, le premier entretien a lieu après 15 ou 21 mois selon les cas. Le MR propose de ramener ce délai à 13 mois.De plus, sur base volontaire, un chômeur pourrait bénéficier d'un suivi mensuel. Pour les chômeurs qui ont déjà travaillé, entrer dans ce suivi accéléré permettrait de bénéficier pendant 6 mois d'une allocation de chômage majorée à concurrence d'1% par année de cotisation. Le MR propose aussi qu'on intègre dans le système les demandeurs d'emploi entre 50 et 58 ans, ce qui n'est pas le cas actuellement.Quant aux chômeurs de longue durée, le MR propose comme alternative au suivi mensuel un retour à une activité au sein des pouvoirs publics locaux.

Par ailleurs, Daniel Bacquelaine a rappelé la nécessité de poursuivre dans la voie adoptée par le gouvernement et qui consiste à veiller à éviter les pièges à l'emploi en garantissant des salaires poche supérieurs aux indemnités de chômage.

Jeudi passé, le député MR Charles Michel avait annoncé qu'il déposait une proposition de résolution dans laquelle il propose d'augmenter de 50 euros, pendant un an, le salaire poche des travailleurs qui acceptent de travailler dans un métier en pénurie. Il propose également qu'on valorise les demandeurs d'emploi qui se lancent comme indépendant. Ils devraient conserver leurs allocations de chômage pendant 6 mois maximum après le début de leur activité.

Photo Belga

Publicité
Publicité

Echo Connect