Le nombre de millionnaires a baissé de 17,3% en Belgique en 2008

Au niveau mondial, la baisse est de 14,9%. Les super-riches (+ de 30 millions de dollars) ont vu leurs rangs fondre de 24,9%. La répartition géographique des riches est restée sensiblement la même. Les USA, le Japon et l'Allemagne comptent encore le plus de personnes riches.

(belga) - Le nombre de millionnaires a baissé de 17,3% en Belgique en 2008. Le pays a ainsi perdu 12.400 millionnaires à cause de la crise qui a commencé à toucher le monde l'année dernière. Au niveau mondial, la baisse est de 14,9%. Les super-riches (+ de 30 millions de dollars) ont vu leurs rangs fondre de 24,9%. Par ailleurs, les moyens financiers totaux des riches et super-riches ont baissé de 19,5% à 32.800 milliards de dollars.

Ces données ont été publiées mercredi à l'occasion de la présentation du 13e World Wealth Report de Merril Lynch et de la firme de consultance CapGemini.

"Les High net worth individuals (HNWI's), soit les gens qui possèdent des biens d'au moins 1 million de dollars et les ultra high net worth individuals (Ultra-HNWI's), soit les gens qui possèdent au moins 30 millions de dollars, ont été touchés par la crise", a expliqué Tomas Murillo de Merril Lynch. "Les moyens totaux de ce groupe ont fondu de 32.800 milliards de dollars, soit une baisse de 19,5%. Les super-riches ont enregistré une baisse de leurs effectifs de 24,6% et de leurs moyens de 23,9%. Une partie d'entre-eux sont tombés dans la catégorie inférieure".

La répartition géographique des riches est restée sensiblement la même. Les USA, le Japon et l'Allemagne comptent encore le plus de personnes riches. Pour la première fois, la Chine a dépassé la Royaume-Uni et occupe la quatrième place. Le Brésil est passé de la 12e à la 10e place. Hong Kong, la Russie et l'Inde ont perdu le plus de millionnaires.

Les riches suivent la tendance mondiale à la prudence et font désormais attention à leur argent, soulignent Merril Lynch et Capgemini. "Ils ont fortement reculé dans leurs investissements en bourse et se sont retournés vers des produits moins risqués comme les obligations, autres investissements à rente fixe, comptes d'épargne etc..", a encore expliqué M. Murillo.

Les produits de luxe ont aussi été touchés par la crise. Si l'art et les bijoux sont encore des investissements sûrs, les voyages et autres biens de luxe n'ont plus la cote. La santé et le bien-être s'en sortent bien par contre. Enfin, la philanthropie a aussi pati de la crise.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés