Le pétrole reste ferme, le marché incertain sur la situation géopolitique

Les prix du pétrole étaient en légère baisse mais restaient fermes vendredi matin en raison d'incertitudes, à la veille du week-end, sur l'évolution des tensions géopolitiques.

(afp) Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en septembre perdait 59 cents à 73,95 dollars vers 14H05 GMT.

Jeudi, les cours avaient grimpé en raison de craintes sur l'approvisionnement au Nigeria et des tensions persistantes au Proche-Orient.

La production de brut du Nigeria est réduite de 675.000 barils par jour, soit 26%, à la suite d'attaques de séparatistes et d'une fuite d'oléoduc dans le Delta du Niger (sud) qui a contraint Royal Dutch Shell à se déclarer mercredi dans l'incapacité d'honorer ses livraisons de brut issu de ce champ pour juillet et août.

"Si les craintes persistent sur les perturbations d'approvisionnement pendant le week-end, le baril pourrait regrimper jusqu'à 78 dollars", a indiqué Phil Flynn, d'Alaron Trading.

"Si en revanche elles se dissipent, alors les prix pourraient passer sous 73 dollars", a-t-il affirmé.

Les cours étaient aussi soutenus par "la prise de conscience que la demande asiatique n'est pas du tout sur la voie d'un affaiblissement", notamment en Chine, tandis que la consommation américaine reste soutenue malgré les prix élevés des carburants à la pompe, selon Simon Wardell, analyste au centre de recherche Global Insight.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés