Le prix du pétrole rebondit en raison d'inquiétudes sur l'Iran

Les prix du pétrole rebondissaient lundi, à l'ouverture du marché new-yorkais, les courtiers craignant que l'Iran ne se voit imposer des sanctions pour son refus de suspendre l'enrichissement d'uranium.

(afp) Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" pour livraison en septembre prenait 65 cents à 71,79 dollars vers 16H00.

Selon John Kilduff, analyste à la Fimat, l'attention du marché était concentrée sur l'arrivée à expiration "du délai accordé à l'Iran pour qu'il réponde à un paquet d'incitations destiné à lui faire cesser l'enrichissement d'uranium".

L'Iran doit en effet répondre formellement mardi à une offre de coopération nucléaire et économique lui ayant été présentée en juin par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu et l'Allemagne. Un refus lui fait courir le risque de sanctions de l'Onu, qui lui a donné jusqu'au 31 août pour se plier à ses demandes.

Or, "les déclarations des responsables iraniens durant le week-end semblent pencher vers un rejet de l'offre, si celle-ci signifie cessation de l'enrichissement d'uranium", a souligné M. Kilduff.

Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Hamid Reza Assefi, a en effet exclu dimanche un tel scénario. "La question de la suspension est un retour au passé et n'est pas au programme de la République islamique", a-t-il dit.

L'Iran a même jugé lundi "impossible" de suspendre son enrichissement d'uranium.

"Avec les progrès techniques des scientifiques iraniens et dans les conditions actuelles, la suspension est désormais impossible", a estimé Mohammad Saidi, vice-président de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique.

La réaction de la République islamique à d'éventuelles sanctions inquiète le marché, car ce pays est le quatrième producteur mondial de brut avec 4 millions de barils par jour, dont environ 2,7 millions sont exportés.

Selon John Kilduff, la situation iranienne et la menace d'ouragans dans l'Atlantique pourrait rétablir la tendance haussière des cours, qui avaient perdu jusqu'à 7 dollars lors des 15 derniers jours.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés