Le Trésor américain va combler toute perte de Fannie et Freddie

Le département américain au Trésor a annoncé jeudi qu'il allait combler jusque fin 2012 toute perte nette des organismes semi-publics de refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac, sans limite.

(afp) - Le département américain au Trésor a annoncé jeudi qu'il allait combler jusque fin 2012 toute perte nette des organismes semi-publics de refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac, sans limite.

Cette mesure de soutien à ces deux entreprises, potentiellement très coûteuse, doit compenser l'arrêt d'une autre mesure, à savoir l'achat de titres financiers relatifs à l'immobilier par le Trésor.

Au 31 décembre, l'Etat cessera d'acquérir des titres des titres adossés à des prêts hypothécaires garantis par Fannie Mae et Freddie Mac.

"Les mesures annoncées aujourd'hui (jeudi) sont nécessaires pour préserver la solidité et la stabilité à l'avenir du marché immobilier", a souligné le Trésor dans un communiqué.

Concrètement, le Trésor a décidé que le plafond de 200 milliards de dollars par entreprise, qui limite les injections dans leur capital auxquelles peut procéder l'Etat, sera relevé chaque trimestre d'un montant égal à leurs pertes nettes respectives.

Dans les faits, Fannie Mae et Freddie Mac, qui sont considérées comme portant à bout de bras la majorité du marché immobilier américain aujourd'hui, disposent désormais d'un financement public illimité pendant les trois prochaines années.

Le Trésor a rappelé qu'il avait injecté jusque-là 111 milliards de dollars dans le capital des deux organismes (51 milliards pour Freddie Mac et 60 pour Fannie Mae), lourdement déficitaires.

"Aucune des deux entreprises n'est proche de la limite des 200 milliards de dollars", a estimé le Trésor dans son communiqué.

Des responsables gouvernementaux ont indiqué lors d'un point-presse que le gouvernement ne prévoyait pas de dépasser ces 200 milliards de dollars, mais qu'il souhaitait rassurer les marchés sur son soutien à ces deux sociétés cotées passées sous tutelle de l'Etat en septembre 2008.

Concernant les achats de titres adossés à des prêts, "le Trésor prévoit qu'il aura acheté environ 220 milliards de dollars" de ces titres.

L'annonce est intervenue juste après la clôture d'une séance écourtée à la Bourse de New York à la veille d'un long week-end de Noël.

L'aide publique à Fannie Mae et Freddie Mac est un élément crucial du soutien de Washington à la première économie mondiale. Ces deux organismes détiennent ou garantissent plus de 40% de l'encours des prêts immobiliers du pays. Dans les prêts actuellement émis, leur part de marché est encore plus élevée, et d'autant plus prépondérante que les emprunteurs sont modestes.

Le Trésor a annoncé jeudi qu'il avait abandonné l'idée de limiter leur portefeuille de prêts immobiliers.

Depuis le début de la crise de l'immobilier aux Etats-Unis en 2007, ces deux sociétés sont engluées dans des pertes dont elles n'arrivent pas à se sortir: sur les trois premiers trimestres de 2009, Freddie Mac a accumulé 16,5 milliards de dollars de pertes, et Fannie Mae près de 57 milliards de dollars.

Le Trésor n'a pas indiqué comment il comptait redresser ces entreprises à plus long terme, et éventuellement récupérer les sommes qu'il a englouties pour leur éviter la faillite.

"Le gouvernement est dans un processus d'examen des questions concernant la réforme à plus long terme du rôle de l'Etat fédéral sur le marché immobilier. Nous prévoyons de fournir un rapport préliminaire à peu près au moment où le président Obama publiera son projet de budget 2011, en février 2010", a expliqué le ministère.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés