Les "actifs pourris" ne sont plus le problème majeur, selon Trichet

©Bloomberg

Pour le président de la BCE, le problème essentiel des banques n'est plus leurs actifs toxiques, mais l'augmentation des risques liés aux crédits accordés aux entreprises.

(AFP) - Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Jean-Claude Trichet a estimé vendredi que le problème principal des banques n'était plus les actifs toxiques mais l'augmentation des risques liés aux crédits accordés aux entreprises.

Les "actifs pourris (ont) été le détonateur de cette crise sans précédent depuis la Seconde guerre mondiale. (...) Aujourd'hui c'est un problème qui demeure mais ce n'est pas le problème principal", a estimé M. Trichet sur la radio France Inter.

"Le problème principal, c'est que la récession elle-même a provoqué un certain nombre de pertes supplémentaires (...) sur les prêts qui avaient été consentis à l'ensemble du secteur productif", a-t-il précisé. "Mais tout ceci doit pouvoir être absorbé par le secteur financier compte tenu de l'ensemble des mesures qui ont été prises", a ajouté le Français, encourageant de nouveau les banques à renforcer leurs fonds propres.

En début de semaine, la banque française Société Générale a relancé les inquiétudes sur les bilans réels des banques, en revoyant à la baisse ses résultats du quatrième trimestre 2009 en raison de dépréciations et provisions de 1,4 milliard d'euros sur ses actifs "toxiques".
La veille, la BCE avait décidé d'un maintien de son principal taux directeur au niveau historiquement bas de 1% et gardé un ton très prudent sur la reprise. "La reprise va être difficile, chaotique à certains égards", a redit vendredi le président de l'institution européenne.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés