Publicité

Les épargnants belges se ruent sur les bons d'Etat

La souscription aux Bons d’Etat a déjà permis au ministère des Finances de lever 235,5 millions d’euros, trois jours après le début de l’émission.

Bruxelles (L'Echo) - Au rythme où les choses  se déroulent, il est permis de penser que la barre des 500 millions d’euros sera atteinte d’ici la clôture de l’opération. Soit plus de 10 fois le montant collecté lors de l’émission de septembre dernier (47,7 millions d'euros), et aussi le plus élevé en dix ans!

L’Agence de la Dette belge, qui pilote cette opération pour le compte du ministère des Finances, avait pressenti que le bon d’Etat retrouverait de l’attrait. Mais de là à cartonner, pas vraiment, alors que nombre de produits financiers offerts par les banques sont plus généreux. Que s’est-il donc bien passé entre les mois de septembre et de décembre, pour que le bon d’Etat retrouve un tel éclat?

La crise financière est en fait passée par là. Le problème de la solvabilité des banques en Belgique qui est apparu récemment au grand jour, a déstabilisé l’épargnant. Dans un environnement financier devenu fort incertain, celui-ci privilégie désormais  la sécurité de son épargne par rapport au rendement.

«Avec la crise financière, la recherche de la qualité de l’émetteur est devenue prépondérante», justifie  Philippe Lepoutre, directeur du back office de l’Agence de la Dette. Bien qu’une clôture anticipée de l’opération soit toujours possible légalement parlant, il n’est pas prévu pour l’heure de boucler  l’émission avant son terme qui est fixé, lui, au mercredi 3 décembre.

Parmi les maturités les plus courues à ce jour par les particuliers, le bon à 3 ans (coupon de 3,10%) a permis de récolter 95 millions d'euros entre mardi et jeudi. Suivi de celui à 8 ans (coupon de 4%) avec 73,3 millions et celui à 5 ans (coupon de 3,40%). Les titres à 3 et 5 ans sont émis à 100,25% et celui à 8 ans à 101%.  

M.C.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés