"Les fonds européens ne sont pas remis en cause" (Di Rupo)

Le ministre-président wallon Elio Di Rupo estime qu'après la découverte des irrégularités identifiées par le nouveau receveur communal de Charleroi, le nouveau Collège agit dans la rigueur et la transparence voulus par chacun. Il souligne par ailleurs que l'attribution à la Région wallonne du financement européen pour la période 2007-2013 n'est nullement remise en cause.

(belga) Son premier souhait est que la clarté soit faite le plus vite possible. Il tient aussi à rassurer ceux qui s'inquiètent aujourd'hui de savoir si les irrégularités de Charleroi pourraient remettre en cause l'octroi des moyens financiers européens affectés à la Wallonie, indique un communiqué de la présidence du gouvernement wallon.

Ces moyens financiers ont été obtenus lors du Sommet européen de décembre 2005. Durant l'année 2006, le Gouvernement a travaillé avec des universitaires pour préparer les grands axes stratégiques de l'utilisation des fonds européens. Ces programmes opérationnels font actuellement l'objet d'une dernière analyse par la Commission européenne dans un dialogue constructif avec la Région wallonne.

La Commission européenne a d'ores et déjà accueilli favorablement ces programmes, qu'elle estime complets et recevables, explique M. Di Rupo.

Il rappelle aussi qu'il convient de distinguer les fonds structurels européens octroyés par l'intermédiaire de la Région wallonne d'autres financements attribués directement à des bénéficiaires par l'Union européenne. Ces derniers ne transitent donc pas par la Région wallonne. A ce stade, le ministre-président ne dispose pas d'élément permettant de savoir si à Charleroi l'on se trouve dans l'un ou l'autre de ces deux cas, souligne-t-il. Quoi qu'il en soit, en ce qui concerne les fonds structurels, depuis la première période de programmation de l'Objectif 1 en 1994, les procédures de contrôle tant de la Région que de l'Union européenne n'ont cessé d'être renforcées.

En ce qui concerne les procédures de contrôle de la Région, elles ont toujours été avalisées par la Commission européenne, poursuit le communiqué. Quand une irrégularité est constatée, elle est systématiquement communiquée à l'OLAF (Office européen de Lutte Anti-Fraude). Parallèlement, une procédure de recouvrement des subventions est entamée. Etant donné les éléments découverts ces derniers jours à Charleroi, la Région wallonne insiste sur la nécessité de faire toute la lumière, tant sur l'origine que sur la nature des montants évoqués, affirme encore Elio Di Rupo.

Photo belga

Publicité
Publicité

Echo Connect