Publicité
Publicité

"Les Régions font exploser le coût des pensions"

©Sofie Van Hoof

Les Régions font exploser le coût des pensions, selon le ministre du Budget, Guy Vanhengel (VLD) qui répondait à une interpellation de Muriel Gerkens (Ecolo), affirmant qu’un milliard avait été reporté sur les épaules des Régions.

(L'Echo) - Le ministre du Budget, Guy Vanhengel (VLD) a défendu les efforts fédéraux en vue de l’assainissement des finances publiques, ce mardi devant la commission des Finances.  Sur les cinq dernières années, les dépenses primaires fédérales ont augmenté moins vite que celle des Régions et des pouvoirs locaux (2,3%, 2,5% et 2,9%).

Ces efforts sont d’autant plus remarquables, explique-t-il, que les dépenses fédérales ne sont guères «compressibles». Hors pensions et transferts à la sécurité sociale, elles s’élèvent à 19 milliards d’euros (pour la Justice, la Défense, la diplomatie...) soit à peine la moitié des dépenses primaires des Régions et Communautés. Vanhengel omet toutefois d’ajouter que le Fédéral dispose, lui, de bien plus de latitude fiscale pour gonfler ses recettes...

Vanhengel ajoute à sa démonstration l’impact des entités fédérées sur la hausse des dépenses de pension (à charge du Fédéral) des fonctionnaires. L’augmentation constatée de 675 millions (sur un total de 9,45 milliards) ne se rapporte, en effet, que pour moins d’un tiers à des fonctionnaires fédéraux.  Les Régions engloutissent 68,5% de l’augmentation, avec la répartition suivante: 262 millions pour les fonctionnaires flamands, 183 millions pour des Wallons et 16 millions pour des Bruxellois.

Ajustement budgétaire

Le ministre du Budget répondait à une interpellation de Muriel Gerkens (Ecolo), affirmant qu’un milliard avait été reporté sur les épaules des Régions. Gerkens se disait également «inquiète» de constater que le Fédéral programme l’essentiel de ses efforts après les élections de 2012.

«A aucun moment, nous n’avons demandé un effort supplémentaire aux Régions», assure Vanhengel. Tous deux ont en partie raison: les Régions doivent accomplir plus que lors de la précédente version du programme de stabilité mais les montants retenus sont ceux de leurs propres budgets.

Vanhengel assure par ailleurs que les mesures décidées en octobre (apport des banques et des producteurs nucléaires, réduction de crédits, plafonnement des soins de santé...) améliorent le budget de plus de 2 milliards d’euros cette année et de 3,4 milliards d’euros l’an prochain. «Le Fédéral est le seul gouvernement du pays à avoir pris l’engagement de ne pas dépenser les marges découlant de l’amélioration de la croissance, poursuit le ministre du Budget. Les Régions et Communautés ont refusé de prendre un tel engagement, alors que la croissance devrait gonfler leurs dotations de 330 millions cette année.»

Au cours de la réunion de la commission des finances, Guy Vanhengel a encore apporté les précisions suivantes:

Dexia. Si la banque ne fait plus appel à la garantie d’État pour son refinancement à court terme, l’impact sur le budget sera tout au plus de 10 à 15 millions d’euros, sur les quelque 939 millions que doit rapporter le soutien au secteur financier. Pourquoi? Les primes prévues pour Dexia (240 millions) concernent surtout du long terme et, en outre, des garanties à court terme ont déjà été sollicitées en 2010 par Dexia.

Loyers. En 2010, l’État paiera 151 millions d’euros de loyers pour l’occupation de locaux qu’il avait précédemment vendus (sales & lease back). Beaucoup? C’est 0,038% des dépenses primaires fédérales, relativise Vanhengel. «Le patrimoine de l’État, qui est souvent un piètre maître d’oeuvre, avait souffert de manque d’entretien, commente le ministre. Déplacer les risques et les coûts vers le privé peut donc s’avérer une bonne opération.»

C.D.C.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés