Londres prêt à faire preuve de souplesse

Alistair Darling

La Grande-Bretagne se rend compte qu'elle ne peut imposer aux Islandais de rembourser immédiatement. C'est pourquoi elle va essayer "d'être raisonnable". Londres aurait proposé un compromis à l'Islande, selon les médias britanniques.

(afp) - Le ministre britannique des Finances, Alistair Darling, s'est déclaré dimanche prêt "à être flexible" dans les négociations en vue d'un nouvel accord sur la faillite de la banque Icesave, dont un premier arrangement controversé a été rejeté lors d'un référendum en Islande.

"Nous ne pouvons tout simplement pas nous rendre dans un petit pays comme l'Islande ... et lui dire: +Remboursez-nous immédiatement+. Nous avons essayé d'être raisonnables", a déclaré M. Darling sur la chaîne de télévision BBC One.

"Le point fondamental pour nous est de revoir notre argent mais ... nous sommes prêts à être flexibles", a-t-il ajouté, soulignant que le remboursement nécessiterait "beaucoup, beaucoup d'années".

Les Islandais ont rejeté à 93,2% par référendum l'accord financier impopulaire, Icesave, selon des résultats quasi-définitifs. Quelque 230.000 électeurs étaient appelés à se prononcer sur un accord organisant le remboursement d'ici à 2024 par Reykjavik de 3,9 milliards d'euros avancés par le Royaume-Uni et les Pays-Bas pour indemniser leurs citoyens lésés par la faillite de la banque sur internet islandaise Icesave en octobre 2008.

Selon les médias britanniques, Londres aurait proposé à l'Islande une solution de compromis consistant à geler le paiement des intérêts pendant deux ans et à baisser le taux d'intérêt.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés