Royal débat avec Bayrou pour séduire les électeurs centristes

La socialiste Ségolène Royal et le centriste François Bayrou, dont les électeurs sont en position d'arbitres, se sont retrouvés pour un "débat-dialogue" sur leurs points de convergence et de désaccord.

(afp) La socialiste Ségolène Royal a longuement débattu samedi avec le centriste François Bayrou, dont les électeurs sont très convoités, dans l'espoir de refaire son retard et de l'emporter au second tour de la présidentielle française qui l'opposera à Nicolas Sarkozy (droite).

A huit jours du scrutin, ce débat inédit, précédé de vives controverses avec M. Sarkozy, a permis à Mme Royal de s'afficher aux côtés de M. Bayrou et d'avoir avec lui près de deux heures d'un débat courtois.

Tous deux ont souligné leur volonté de sortir de la logique "bloc contre bloc" de la politique française. Mais le leader centriste ne s'est pas rallié pour autant à la candidate socialiste, soulignant en particulier leurs divergences en matière économique.

L'objectif affiché était d'"éclairer" les Français sur les points de convergence et de désaccords entre Mme Royal et M. Bayrou, qui, troisième du premier tour, a obtenu 18,6% des voix. Le report de ces 6,8 millions de suffrages est crucial pour Mme Royal, distanciée de 5 points par M. Sarkozy (31,18% contre 25,87%).

Le candidat de droite, donné gagnant dans tous les sondages pour le 6 mai, a dénoncé ce débat Royal-Bayrou, y voyant une tentative du "perdant" centriste de s'inviter dans la finale présidentielle et de "confisquer" le débat.

Samedi, M. Sarkozy, en déplacement dans le nord, a ironisé sur "les petites combines" de ses adversaires, disant préférer être "sur le terrain, au milieu des Français".

L'élection sera précédée mercredi d'un débat télévisé contradictoire Sarkozy-Royal très attendu et qui pourrait être décisif.

Après de multiples rebondissements, la rencontre entre Mme Royal et M. Bayrou a été organisée la chaîne d'information en continu BFM-TV et la radio RMC dans un grand hôtel parisien.

Au début de cet échange inédit entre le second et le troisième du premier tour, ponctué de notes d'humour, Mme Royal a indiqué qu'il s'agissait de voir comment "faire un bout de chemin ensemble" avec les centristes.

Il est nécessaire de dépasser "certaines attitudes antagonistes" de la vie politique française, a renchéri M. Bayrou, car "il y a certains sujets" comme celui des banlieues où, "parti contre parti, nous n'arriverons pas" à avancer.

Mme Royal et M. Bayrou ont dégagé un nombre de points de convergence, comme sur la réforme des institutions ou l'éducation. Mais ils ont, comme attendu, développé des vues différentes en matière économique, des 35 heures de travail hebdomadaire à l'euro, ou encore sur le nucléaire.

François Bayrou a exprimé son "désaccord assez profond" avec les orientations économiques de Mme Royal. Il a contesté "les promesses" de "quelque 62 milliards d'euros" de la socialiste, équivalentes, a-t-il dit, à celles de M. Sarkozy, alors que lui prône un désendettement prioritaire de l'Etat.

Ce débat avait été précédé d'une vive polémique. Des médias avaient en effet renoncé à l'accueillir en invoquant le respect de l'équilibre du temps de parole entre Mme Royal et M. Sarkozy qui leur est imposé par la loi.

Les camps Bayrou et Royal ont accusé M. Sarkozy d'avoir exercé des "pressions", ce que le candidat de droite a fermement démenti, mettant au défi ses adversaires d'en apporter la preuve.

La socialiste doit récupérer un maximum de voix centristes pour espérer devenir la première présidente de France. Elle a multiplié les ouvertures vers le centre, alors qu'un bon tiers des électeurs de Bayrou sont indécis ou comptent s'abstenir au second tour. Environ 35% se reporteraient sur Mme Royal et 29% sur M. Sarkozy, selon un sondage publié samedi.

"On commentera plus le fait même qu'il y ait eu débat que le contenu même de l'échange" entre Mme Royal et M. Bayrou, a estimé samedi le politologue Dominique Reynié, selon qui "ce débat peut influencer les électeurs".

Photo Belga

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect