Toutes les données ne sont pas protégées de la même manière

Discret comme un banquier suisse… En déposant leurs liquidités à Genève ou Zurich, les riches de ce monde ont longtemps cru que leurs fonds resteraient protégés des regards indiscrets. La récente affaire HSBC, la décision d'UBS de livrer 4.500 noms de clients au fisc américain et la vente à l'Allemagne de plusieurs listes contenant les données de milliers de fraudeurs ont toutefois mis à mal la réputation des établissements financiers installés dans la confédération. Les grandes fortunes découvrent aujourd'hui avec horreur que les politiques des banques au sujet de la confidentialité de leurs clients diffèrent beaucoup. Trois grandes catégories peuvent toutefois être distinguées.