"Une correction boursière est un rappel utile de l'existence de risques" (Trichet)

La récente correction boursière a été un rappel salutaire du fait "qu'il y a toujours des risques" pour l'économie mondiale, ont estimé lundi les dix grandes banques centrales de la planète, qui se sont félicitées de la poursuite d'une croissance "mieux équilibrée".

(afp) "Cet épisode nous a rappelé utilement qu'il y a toujours des risques", a déclaré Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne (BCE) et porte-parole des dix banquiers centraux (G10).

S'exprimant à l'issue de leur réunion bimestrielle au siège de la Banque des règlements internationaux (BRI) à Bâle, M. Trichet a estimé que la correction boursière de fin février "a été plutôt bien gérée par les marchés".

"La résistance de l'économie mondiale dans son ensemble a été bonne", s'est-il félicité.

Selon M. Trichet, la forte baisse des Bourses mondiales, considéré comme la plus importante depuis 2001, n'a pas "été causée par un des éléments fondamentaux de l'économie". Le phénomène, qui a commencé en Asie, là où les Bourses avaient le plus progressé, avant de s'étendre au reste du monde, doit être vu comme "une simple correction des marchés", a-t-il souligné.

Le maître-mot est "vigilance", a ajouté M. Trichet, qui a souligné la nécessité d'observer de près la situation des marchés et d'engager des réformes structurelles.

"Nous devons faire en sorte que les corrections boursières se fassent en douceur et de manière ordonnée, et non pas de façon abrupte", a-t-il souhaité.

Concernant la croissance mondiale, M. Trichet a répété ce qu'il avait dit lors de la précédente réunion bimestrielle, à savoir que les éléments fondamentaux restent "bons", et que l'économie "croît avec dynamisme".

"La croissance est aujourd'hui mieux équilibrée sur le plan mondial", a-t-il conclu.

La prochaine réunion des gouverneurs de banques centrales aura lieu le 7 mai, toujours à Bâle.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés