USA: la Chambre des représentants approuve l'augmentation du salaire minimum

La majorité républicaine à la Chambre des représentants américaine a approuvé samedi un relèvement du salaire minimum, en adoptant un projet de loi dénoncé comme un "tour de passe-passe déloyal" par l'opposition démocrate.

(afp) Laborieusement mis au point vendredi dans les dernières heures de session avant les congés d'été, le projet de loi relevant le salaire minimum de 5,15 dollars par heure à 7,25 dollars, dans un délai de trois ans, a été adopté par 230 voix contre 180.

Le salaire horaire minimum reste fixé à 5,15 dollars au niveau fédéral depuis 1997, et l'opposition démocrate a fait de sa revalorisation l'une de ses principales promesses de campagne, à l'approche des élections parlementaires du 7 novembre.

Les démocrates se sont néanmoins massivement prononcés contre le texte mis aux voix à la Chambre, que l'état-major républicain avait assorti d'une réduction massive de l'impôt sur les successions.

"L'état-major républicain aujourd'hui a combiné une augmentation du salaire horaire avec une réduction de l'impôt sur les successions qui bénéficiera aux héritiers des plus riches familles d'Amérique et ajoutera des milliards de dollars à la dette nationale", a expliqué le numéro deux des démocrates, Steny Hoyer. Cela "révèle les priorités" de la majorité, plus attachée selon lui à défendre Paris Hilton que "les Américains travailleurs", a-t-il ajouté.

"C'est un tour de passe-passe politique permettant aux républicains vulnérables, engagés dans des campagnes difficiles, de dire qu'ils ont voté une hausse du salaire minimum même s'ils savent que ce texte est voué à l'échec au Sénat, a-t-il ajouté.

L'aménagement de l'impôt sur les successions est une source de discorde parmi les parlementaires républicains, avec des sénateurs très partagés sur l'opportunité de voter un texte ne bénéficiant qu'à une infime minorité d'Américains. Une proposition de réforme avait échoué au Sénat en juin.

L'état-major républicain de la Chambre est pour sa part opposé au relèvement du salaire minimum, qu'il estime trop coûteux pour les petites entreprises et dommageable pour l'emploi.

Son chef de file John Boehner avait durant plusieurs semaines refusé de mettre aux voix une revalorisation du salaire horaire dont le principe avait pourtant été retenu en commission dans le cadre du budget du ministère du Travail.

Le texte adopté dans la nuit de vendredi et samedi avait été mis au point au terme de longues négociations entre élus conservateurs et centristes du parti.

Selon les décomptes des démocrates, quelque 85% des Américains sont favorables au relèvement du salaire minimum.

(photo: belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés