La Belgique entamera l'hiver avec deux réacteurs à l'arrêt

Photo Dieter Telemans ©Dieter Telemans

Selon Electrabel, les premières mesures prises à Tihange 2 révèlent des indications selon lesquelles le réacteur est affecté par les mêmes défauts que Doel 3. Un groupe d'experts internationaux a été désigné pour mener une enquête indépendante sur la cuve de Doel 3.

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) a confirmé avoir reçu d'Electrabel des informations selon lequelles le réacteur de Tihange 2 souffre des mêmes défauts que celui de Doel 3.

On ne dispose pas encore d'informations sur le nombre et la taille des fissures potentielles dans la cuve du réacteur de Tihange 2. Mais selon l'AFCN, Electrabel assure que le problème est moins sérieux qu'à Doel. L'Agence attend dans le courant de la semaine prochaine le rapport définitif d'Electrabel sur les défauts constatés à la cuve de Tihange 2.

Selon Electrabel, il s'agirait de "défauts dus à l'hydrogène formés à l'intérieur de l'acier lors du forgeage de la cuve, il y a 40 ans".

Une campagne de mesures a commencé ce dimanche sur la cuve du réacteur de Tihange 2 et se poursuivra jusqu'à lundi. Une chose est sûre: le réacteur ne démarrera pas début octobre. Selon la porte-parole de l'Agence de contrôle nucléaire, les résultats des examens de Doel 3 sont attendus pour décembre, voire peut-être novembre.

La Belgique va donc entamer l'hiver avec deux réacteurs nucléaires à l'arrêt.

Par ailleurs, le professeur de l'ULB Pierre-Etienne Labeau prendra la tête d'un groupe d'experts internationaux désignés pour mener une enquête indépendante sur la cuve de Doel 3, indique jeudi l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN).

L'équipe est composée d'experts venus de France, d'Allemagne, du Royaume-Uni, des Etats-Unis, de Finlande et de Bulgarie. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et/ou l'Agence pour l'énergie nucléaire participeront également à l'inspection.

La filiale technique de l'AFCN, Bel V, va à son tour réaliser une évaluation. S'ensuivront des recommandations du conseil scientifique de l'AFCN et du groupe dirigé par le professeur Labeau. L'Agence devra ensuite transmettre sa proposition au gouvernement quant à la réouverture ou non de Doel 3.

A l'arrêt jusque fin 2012 au plus tôt

Du côté du gouvernement, la ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet a indiqué jeudi soir dans un communiqué que "la décision finale" relative à "une autorisation de poursuivre l'exploitation des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 ne pourra intervenir au plus tôt qu'en fin d'année 2012".   

Commentant le suivi des analyses à Doel 3 et Tihange 2, Joëlle Milquet a indiqué qu'elle continuait à privilégier la "transparence", la "vigilance" et la "sécurité".    

Elle fera une proposition au gouvernement après qu'auront été rendus l'ensemble des dossiers, avis et analyses d'Electrabel ainsi que de l'agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) et d'experts belges et internationaux.

Il n'y a aucun problème de sécurité des citoyens, a-t-elle assuré, rappelant que Doel 3 et Tihange 2 étaient maintenus à l'arrêt dans l'attente de "résultats complets" et que le combustible nucléaire y avait été déchargé.

"Une autorisation de poursuivre l'exploitation ne pourra, le cas échéant, être donnée que si des arguments convaincants sont fournis et que toutes les conditions de sécurité sont réunies. La décision finale ne pourra intervenir au plus tôt qu'en fin d'année 2012", a-t-elle souligné.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content